Browsed by
Catégorie : Argentine

Tilcara : au coeur des andes argentines

Tilcara : au coeur des andes argentines

Du 4 au 8 avril

Jour 1 : installation à Tilcara

Nous arrivons en début d’après-midi à Tilcara, au coeur de la Quebrada de Humahuaca. Le village semble endormi : les rues en terre battue sont désertes, les petites maisons en pisé semblent inhabitées. Nous rejoignons notre auberge, la Albahaca, en quelques pas car tout est accessible à pied puis nous prenons possession de notre petite chambre. Nous avons la chance d’être installé dans une chambre où il y a seulement deux lits superposés, pas de ronfleur à craindre !

Vue depuis le bus
Vue depuis le bus
Repos sur la terrasse
Repos sur la terrasse
Notre auberge
Notre auberge

Sofia, l’une des employées, nous explique avec force détails les excursions à faire aux alentours : temps de parcours, tarifs, heure conseillée pour s’y rendre… bref nous avons presque notre planning à la journée pour les 3 ou 4 jours que nous comptons passer dans la région.  

Nous partons ensuite à la recherche d’un restaurant sachant qu’il est déjà 15h30. Même pour les argentins, c’est tard et nous ne trouvons qu’un seul petit resto ouvert, le Nordiste. Nous y savourons un Lomito, sandwich à la viande pour Thomas, et une salade de quinoa/tomates/noix/fromage de chèvre pour moi. Tout est très bon, particulièrement le fromage au goût prononcé mais doux. Nous apprenons qu’il s’achète au marché.

Dans les rues de Tilcara
Dans les rues de Tilcara
Une des rues du centre
Une des rues du centre
Maison avec cactus intégré au toit
Maison avec cactus intégré au toit
Dans Tilcara
Dans Tilcara
bon appétit !
bon appétit !

Nous marchons ensuite sur 2 km pour nous rendre au vieux village fortifié précolombien, la Pucara, abandonné à l’arrivée des espagnols. Il est 17h et le site ferme à 18h aussi nous sommes relativement tranquilles et pouvons visiter les minuscules maisons reconstruites, dans les années 1950, sans bousculade. Tout est en pierre et étudié pour résister au vent. Les maisons ne possèdent qu’une ouverture : la porte. Nous n’observons ni fenêtre, ni cheminée. Les corrals sont en contre bas pour l’élevage de lama. Avec les cactus qui parsèment le site, on se croirait au far-west, d’ailleurs on croise même Lucky Luke !

Le point qui sépare la nouvelle de l'ancienne ville
Le point qui sépare la nouvelle de l’ancienne ville
Des lamas !
Des lamas !
Reconstitution
Reconstitution
Les maisons du vieux village
Les maisons du vieux village
Attention à la tête
Attention à la tête
Les petites maisons anciennes
Les petites maisons anciennes
Les corrals vu de loin
Les corrals vu de loin
La vue depuis Pukara
La vue piquante vers la vallée depuis Pucara
Vue vers le nouveau village
Vue vers le nouveau village

tilcara-j1-5 tilcara-j1-4

Lucky Luke et une de ses fans
Lucky Luke et une de ses fans

Nous finissons la visite par le cimetière : les morts étaient enterrés en position foetale dans des structures rondes en pierre, souvent dans le cimetière mais parfois aussi dans un coin de la maison. Les tombes sont aujourd’hui vides, mais il est possible d’observer les différents objets retrouvés sur le site au musée archéologique de la ville. Il est trop tard pour y aller aujourd’hui, nous irons donc demain !

Les tombes
Les tombes

Pour le dîner, nous nous joignons au barbecue organisé par l’auberge, dans une autre auberge du même  propriétaire. C’est l’occasion pour nous de discuter avec des canadiens, des allemandes, des italiens et un français. Sofia nous explique que c’est un barbecue à bas prix : ici, les argentins achètent rarement de la bonne viande car elle est chère. Il est ainsi courant d’acheter du poulet et des abats. Nous mangeons donc du poulet, des saucisses, du chorizo plus doux que le chorizo espagnol, du coeur de boeuf. Sont également proposés boudins noirs et intestins mais nous faisons l’impasse sur ces produits. En tout cas c’est très bon et nous finissons la soirée en chantant accompagnés par une guitare.

Jour 2 : les gorges du diable  (garganta del diablo)

Nous prenons notre petit déjeuner en terrasse : ici il fait beau sauf en janvier et février et il fait chaud dès que le soleil brille.

Nous partons vers 10h pour les gorges du diable. Normalement l’excursion dure 3 heures pour 4 km : nous serons donc rentrés pour le déjeuner. Nous traversons de beaux paysages aux couleurs tranchées : le vert des plantes et des cactus ressort bien sur l’ocre de la terre et des montagnes. Nous parvenons en un peu plus d’une heure à l’entrée des gorges, payante. Le site en lui-même est tout petit : il offre d’un côté un petit point de vue sur les gorges et la vallée et de l’autre nous atteignons une cascade de 10 mètres, l’occasion de prendre une petite douche !

Deux belles vaches
Deux belles vaches
Les montagnes alentours
Les montagnes alentours
En chemin
En chemin
Les gorges du diable : nous y sommes
Les gorges du diable : nous y sommes

tilcara-j2-14

En descendant vers les gorges
En descendant vers les gorges
Vers la cascade
Vers la cascade
La jolie petite cascade
La jolie petite cascade

En sortant du site, nous discutons avec le gardien pour en savoir plus sur le nom du lieu : en fait, l’ingénieur qui a travaillé aux chutes d’Iguazu a également travaillé ici et a trouvé une ressemblance entre les deux endroits… Oui, bon, il faut certainement entre ingénieur pour le voir… Nous continuons à grimper pour rejoindre un autre point de vue, sur une autre vallée où les cactus s’étalent à perte de vue. Nous apercevons au loin l’école de la communauté.

Les maisons près des gorges du diable
Les maisons près des gorges du diable

tilcara-j2-7 tilcara-j2-6

Devant la vallée
Devant la vallée

tilcara-j2-4

De retour en ville, nous nous attablons à La Cheba où nous goutons des sorrientes, raviolis locales farcies de diverses manières.  Nous choisissons celles au quinoa et chèvre et celles au maïs violet. C’est très bon !

Pour digérer et bien finir cette journée, nous parcourons les 3 salles du musée archéologique. Comme d’habitude, c’est assez désordonné et cela manque d’explications. Cela dit, nous nous attardons devant des récipients du peuple Machu, représentant des visages particulièrement bien dessinés (interdiction de prendre des photos, désolée).

Dans le musée, toit en cactus, cactus et peaux de vaches
Dans le musée, toit en cactus, cactus et peaux de vaches

Nous allons ensuite au marché pour acheter fromage de chèvre et légumes pour ce soir. Le fromage est très bon, parfumé et frais. Il ne nous manque que du miel pour le sublimer.

Jour 3 : randonnée vers Maimara

Aujourd’hui nous avions prévu d’aller en bus à Purmamarca voir la colline des 7 couleurs, puis à Maimara pour contempler la Palette du Peintre. C’était sans compter la grève générale des transports, y compris des taxis ! Dommage pour nous… nous ne pourrons donc pas aller à Purmamarca.

Nous prenons donc notre temps et déjeunons à l’auberge. Nous décollons vers 15h pour nous rendre à pied à Maimara, à 6 km de là. Le chemin n’est pas marqué et même avec le GPS, nous ne faisons que suivre une direction, en suivant le Rio Grande, en réalité bien petit.

Nous traversons une très jolie vallée verdoyante et cultivée. Les champs de légumes s’alternent avec les champs de fleurs, qui viennent agréablement colorer les lieux. De plus, la Palette du Peintre domine ce paysage, apportant toutes les nuances des minéraux. C’est sublime et nous faisons de nombreuses pauses pour en apprécier les variations. Nous observons également les paysans dans les champs : le travail se fait encore à la force des bras et des ânes.

Les bords secs du Rio Grande
Les bords secs du Rio Grande
Thomas devant la Palette
Thomas devant la Palette
La Palette du Peintre
La Palette du Peintre
Des briques qui sèchent
Des briques qui sèchent
Dans un champ
Dans un champ
Un des champs de cette petite vallée verdoyante
Un des champs de cette petite vallée verdoyante

Après 1h45 de marche, nous parvenons à la petite bourgade de Maimara, composée d’une rue principale et nous dirigeons vers la micro brasserie conseillée par notre auberge. Nous la trouvons à 1 km de là et sonnons à la porte. Une petite dame adorable nous fait rentrer et s’excuse car son tablier est un peu sale. Sa bonne humeur est contagieuse et elle nous explique plein de choses. Nous découvrons ainsi que “Albahaca”, le nom de notre auberge, signifie basilic. Dans cette région, lors d’une fête, si le jeune homme offre un brin de basilic à une jeune fille sous le soleil de midi, il la demande en mariage et si elle prend le brin, c’est qu’elle accepte. Nous avons aussi vu les différentes plantes de quinoa et appris que le maïs changeait de couleur, mais pas de goût, en fonction des minéraux présents dans la terre. Enfin, nous goûtons des bouchées de Dulce de Leche de chèvre avec du quinoa soufflé. Nous repartons de là avec basilic et bières.

Du maïs de toutes les couleurs
Du maïs de toutes les couleurs

Au retour, nous passons devant le cimetière, un des points d’intérêt de la région. Il est construit en palier, à flanc de colline et est hyper coloré grâce aux fleurs artificielles à foison.

Dans les rues de Maimara
Dans les rues de Maimara

tilcara-j3-8

Le cimetière de Maimara
Le cimetière de Maimara
Le Christ en robe, pour la Semaine Sainte ?
Le Christ en robe, pour la Semaine Sainte ?
Un des nombreux autels à la Pachamama
Un des nombreux autels à la Pachamama
La Palette du Peintre en fin de journée
La Palette du Peintre en fin de journée
Traversée du Rio Grande
Traversée du Rio Grande
Dernier regard sur la Palette du Peintre
Dernier regard sur la Palette du Peintre

Après ces trois bonnes heures de balades, nous dégustons la bière sur la terrasse de l’auberge et, comme nous sommes un peu feignants, nous décidons d’aller au restaurant. Des pensionnaires de l’auberge nous conseillent une pizzeria, ce qui nous convient très bien. Thomas prend une pizza au roquefort et moi des raviolis ricotta et jambon, à la sauce pesto maison. Nous nous régalons tous les deux : les produits sont frais, bien travaillés et les senteurs bien présentes.

Jour 4 : Humahuaca

En ce dernier jour dans la région, nous partons en bus avec deux italiens de l’auberge pour nous rendre à Humahuaca, 2989 mètres au-dessus du niveau de la mer, à 40 minutes au nord de Tilcara. Arrivés là-bas, nous tombons immédiatement sur un chauffeur pour aller sur le site de la colline des 14 couleurs. Il nous propose le prix normal pour s’y rendre et nous fixons l’heure de départ à 12h30, ce qui laisse le temps au soleil d’éclairer les montagnes et à nous de découvrir ce village.

La place est très touristique : elle est bordée de boutique et des vendeurs ambulants proposent chapelets et chapeaux en masse. Trois attractions majeures : le cabildo et sa tour d’horloge, d’où émerge à midi pile la statue taille réelle de San Francisco Solano ; l’église de la Chandeleur, construite en 1641, avec ses statues habillées, son autel recouvert d’or et ses lambris en bois de cactus ; et enfin, le monument à l’indépendance, démesurément grand par rapport à la taille de la ville !

Humahuarca et ses boutiques touristiques
Humahuarca et ses boutiques touristiques
L'église
L’église
Tours de chapeaux et d'église
Tours de chapeaux et d’église
Une des nombreuses vendeuses
Une des nombreuses vendeuses
La tour et son saint en son sein
La tour et son saint en son sein

tilcara-j4-16

L'escalier menant au monument de l'indépendance
L’escalier menant au monument de l’indépendance
Un des petits cafés de la ville
Un des petits cafés de la ville
Un des nombreux restaurants
Un des nombreux restaurants, où Thomas prendra des empanadas

12h30, nous montons tous les 4 dans la voiture pour 40 minutes de route, jusqu’au point de vue sur la montagne au 14 couleurs, El Hornocal. En chemin, le guide nous explique qu’en fait il n’y a pas 14 couleurs mais 7 comme à Purmamarca. C’est juste que le site est deux fois plus grand. Les couleurs sont dues à différents minéraux (source) :

  • Le saumon : argile rouge + terre + sable (3 à 4 millions d’années)
  • Le blanc cassé : calcaire (400 millions d’années)
  • Le marron et pourpre : plomb riche en carbonate de calcium (80 à 90 millions d’années)
  • Le rouge : fer + argile (3 à 4 millions d’années)
  • Le vert : oxyde de cuivre (600 millions d’années)
  • Le brun sombre : terre + magnésium (1 à 2 millions d’années)
  • Le jaune moutarde : argile + soufre (80 à 90 millions d’années)

Nous voilà à 4350 mètres d’altitude et le vent souffle ! La vue aussi coupe le souffle : c’est absolument splendide, coloré, sauvage. Les courbes s’enchaînent sous nos yeux ébahis, véritables cours de géologie et de tectonique des plaques. Nous admirons les lieux pendant une heure et en profitons pour finir notre fromage avec vue imprenable sur la montagne.

La collines aux 14 couleurs
La collines aux 14 couleurs

tilcara-j4-13 tilcara-j4-11 tilcara-j4-12 tilcara-j4-14

Au retour, nous faisons une pause photo avec vue sur la vallée, très belle aussi. Le guide nous parle des différentes communautés qui habitent dans ces montagnes. Toutes ont pour première langue le castillan. Le quechua est de nouveau enseigné dans les écoles, mais n’est pas la langue initiale.

tilcara-j4-15

Arrivés à Humahuaca, Thomas et moi décidons de nous y attarder un peu pour faire quelques boutiques. Nous avions repéré des lampes en bois de cactus, naturellement ajouré. Finalement, la raison domine : il nous reste un mois et demi de voyage et nous risquons de la casser en route.

A la gare routière, nous voyons un bus partir sous notre nez. Le prochain est censé passer dans 15 minutes. Malheureusement pour nous, il est plein ! Nous voilà à patienter presque une heure pour le prochain, plein lui aussi : nous faisons le voyage debout.

Nous arrivons néanmoins à notre auberge où nous apprenons que la soirée de ce soir, en l’honneur de l’anniversaire de l’autre auberge aura lieu dans un bar voisin et c’est une soirée déguisée. Il existe une boutique de cotillons dans le village : nous y dénichons masques et lunettes pour une poignée de pesos. En sortant, la tong de Thomas cède, après 8 ans de bons et loyaux services. Direction donc la seule boutiques de chaussure de la ville. Il y a bien des tongs mais la pointure de Thomas n’existe pas… il faudra réparer celles-ci avec Scotch et ficelle.

Après un tour rapide du marché artisanal, nous rentrons nous reposer avant la soirée qui débute vers 22h30 par un repas partagé, le locro, sorte de ragoût typique argentin à base de viande, de haricot blanc, de pomme de terre et de maïs. C’est bon et cela tient bien au corps ! Heureusement, la musique démarre : musique traditionnelle argentine puis bolivienne, viennent ensuite des airs plus internationaux. Néanmoins, nous ne connaissons que peu de morceaux, les gens fument et il est déjà 1h du matin : Thomas et moi rentrons dormir.

Jour 5 : changement de pays

Debout ! Notre bus est à 9h15 pour La Quiaca, la ville la plus au nord du pays. 5171 km la sépare de Ushuaia, nous en avons fait du chemin !

Nous y arrivons vers 13h, passons la frontière Argentine-Bolivie à pied sans encombre, il est midi en Bolivie. Je retrouve les petites boliviennes avec leur chapeau, les longues tresses et les grandes jupes en me remémorant mon voyage précédent. En faisant la queue, nous rencontrons deux bretonnes, Clara et Cora, et deux brésiliens, Beatrix et Fernando, avec qui nous discutons voyage et passage en Bolivie.

Nous cherchons la gare ferroviaire, car pour nous rendre à Tupiza, première étape de notre périple bolivien, nous choisissons le train, tout comme nos 4 nouveaux compères de voyage ! Plus long que le bus, mais plus typique et moins cher. C’est même moins cher qu’un billet zone 5 à Paris. Les prix nous font bien sentir que nous avons quitté l’Argentine : avant d’embarquer, nous mangeons pour 10 bolivianos, soit un peu plus d’un euros.

La suite, quand nous la connaîtrons car nous sommes actuellement dans le train, nettoyé à la serpillière pendant le trajet, s’il vous plaît !  

Un petit « salto » à Salta

Un petit « salto » à Salta

Du 2 au 4 avril

2 avril : découverte de la ville

25 heures après avoir quitté Iguazú, nous arrivons enfin à Salta ! Le voyage s’est bien déroulé pour nous mais le bus a fait une halte en pleine nuit dans une petite ville, une jeune fille qui a fait une attaque y a été prise en charge par une ambulance et nous espérons que tout va bien pour elle.

Il est donc 11h30 lorsque nous arrivons en ville, plus grande que ce à quoi nous nous attendions. Nous rejoignons notre auberge, Las Colorias, à pied en une quinzaine de minutes, ce qui nous permet déjà de découvrir quelques maisons à l’architecture espagnole. Nous devons attendre une heure avant de récupérer la chambre et de prendre une douche, fort bienvenue. Comme le ciel est gris et que nous sommes un peu fatigués, nous mangeons à l’auberge et prenons notre temps pour réfléchir à la suite du programme argentin.

Nous sortons néanmoins pour vérifier si Salta, construite en 1582, est à la hauteur de sa réputation. C’est censé être une ville agréable, avec charme et héritage architectural colonial bien conservé. Le centre-ville s’avère effectivement très mignon. Nous parcourons en large et en travers ses rues, découvrant avec plaisir de belles bâtisses et des églises au style baroque bien prononcé. C’est coloré et comme c’est dimanche et que les boutiques sont fermées, c’est plutôt calme.

Une des rues
Une des rues
Vers l'église
Vers l’église San Francisco
Eglise
Eglise San Francisco, du XIXe siècle
Dans l'église
Dans l’église
Maison
Maison
Vers la place principale
Vers la place principale
Un des cafés de la place principale
Un des cafés de la place principale
Reflet de la cathédrale
Reflet de la cathédrale, également du XIXe siècle
La cathérale
La cathérale
Dans la cathérale, la Vierge de la souffrance, habillée
Dans la cathérale, la Vierge de la souffrance, habillée
L'escalier de la chaire de la cathédrale
L’escalier de la chaire de la cathédrale
Parc
Parc
Bâtiment administratif
Le Cabildo, conseil municipal, le bâtiment colonial le plus ancien de la ville
Un autre café
Un autre café
Marché artisanal
Marché artisanal
Influence espagnole pour cet hôtel
Influence espagnole pour cet hôtel
Carrelage espagnol
Carrelage espagnol
Entrée d'immeuble
Entrée d’immeuble

salta-j-31 salta-j-35

Nous faisons ensuite des courses pour les deux jours sur place. Impossible d’acheter de la bière car la bouteille est consignée et que la vendeuse ne veut pas nous la laisser pour une raison obscure. Nous achetons donc notre première bouteille de vin ! Du séjour pensez-vous ? Que nenni ! C’est la première fois que nous achetons du vin pour nous ! Il s’agit d’un Torrentes, le vin blanc de la région, en particulier de Cafayate que nous n’aurons pas le temps de visiter.

Nous regagnons notre hébergement pour dîner et acter notre futur trajet. Nous décidons de nous diriger vers le nord de l’Argentine et de traverser la frontière avec la Bolivie au niveau de La Quiaca. Nous irons donc acheter notre billet de bus demain, en attendant, il est l’heure de dormir.

3 avril : ascension du cerro et musée

La journée commence par un copieux petit-déjeuner avec du pain maison, non sucré ! Il est même annoncé comme salé pour que les locaux ne soient pas surpris. Au contraire, nous sommes ravis d’avoir enfin du pain normal pour nos palais européens.

Objectif du matin : grimper les 1000 marches qui nous séparent du sommet du Cerro San Bernado qui culmine à 1400 mètres. Salta est elle-même à plus de 1000 mètres donc cela ne représente pas un gros dénivelé. La preuve, nous sommes en haut en 20 minutes. De ce point de vus, nous constatons l’étendue de la ville, mais pas de quoi s’attarder.

Un arbre bien ventru
Un arbre bien ventru
Un des bâtiments particulièrement bien conservé
Un des bâtiments particulièrement bien conservé
Salta vue de haut
Salta vue de haut
Cascade en ville
Cascade en ville
Fleurs et fruits
Fleurs et fruits

Nous descendons vers la gare routière pour acheter nos tickets de bus pour Tilcara, où nous passerons les 3 ou 4 prochaines nuits. Cela sera notre base pour visiter la quebrada de Humahuaca, qui promet d’être sublime.

De retour à l’auberge, nous déjeunons tranquillement puis nous détendons : le musée que nous souhaitons visiter n’ouvre qu’à 16h. Nous décollons donc à l’heure du goûter et constatons qu’il y a des embouteillages : les rues débordent de voitures, taxi et bus locaux. Les trottoirs ne sont pas en reste : mère avec enfants, hommes en costard et étudiants en uniforme animent la ville dans un joyeux brouhaha. Arrivés devant la porte du musée Pajcha, nous constatons qu’il faut sonner ! Il s’agit d’une maison présentant une collection privée d’objets divers sur les peuples andins. Nous sommes accueillis par le gérant qui se fait un plaisir de mêler espagnol, anglais et français en nous parlant. C’est un drôle de personnage, animé, bavard et surtout fier de son musée. Celui-ci est petit mais les oeuvres présentées sont intéressantes : amulettes en albâtre, masques en bois, objets en plume et instruments de musique, datant soit de l’époque précolombienne soit de notre époque.

Crèche péruvienne
Crèche péruvienne
Travail des plumes
Travail des plumes

A l’étage, on plonge dans la culture mapuche à travers des photos, des textes et des vêtements et bijoux. Un autre pan de mur est dédiée au Pérou et un troisième à la Bolivie.

Costumes traditionnels Mapuche (gauche) et Péruvien (droite)
Costumes traditionnels Mapuche (gauche) et Péruvien (droite)

La dernière partie, fierté du musée représentant 30 ans de recherche, est consacrée à l’analyse de la juxtaposition des arts andins et catholiques à l’arrivée des Jésuites sur le territoire. On observe ainsi une adaptation et une intégration des éléments fondamentaux de la culture andine aux codes artistiques occidentaux. La collection rassemble des Christ au visage indien, une Vierge Marie déesse du maïs, un Saint Jacques très local, des croix remplacées par des cactus…. Des photos des églises alentours viennent renforcer l’exposition : on y voit des peintures d’archanges avec des ailes de perroquets et des arquebuses ou encore des frontons représentant serpents (symbole de fertilité pour les indiens), soleil et lune.

Vierge déesse du maïs et croix-cactus
Vierge déesse du maïs (à droite, en jaune) et croix-cactus
Les anges et leurs arcebuses
Les anges et leurs arquebuses

Après une bonne heure de visite, nous revoilà dans les rues, toujours très encombrées. Il fait déjà presque nuit, cela nous surprend encore mais nous devrons nous y habituer, nous remontons encore plus au nord. Cela dit, les lumières chaleureuses de la ville mettent bien en valeur certains bâtiments. Je ne sais pas si la ville est un joyau mais elle a indéniablement du charme et les bâtiments historiques sont bien entretenus. Notre autre constat concerne la population : alors qu’elle est majoritairement de type européen dans le reste du pays, ici, nous retrouvons beaucoup de visages aux traits indiens, nous sommes bien dans les Andes. On remarque aussi quelques signes de pauvreté : Salta a deux visages, l’un touristique et l’autre bidonville. Nous n’en n’avons pas vu mais d’après le guide, les boliviens s’installent régulièrement à la limite de la ville en espérant avoir une meilleure vie mais c’est souvent peine perdue et ils se retrouvent dans des conditions pires qu’avant.  

La nuit tombe
La nuit tombe

salta-j-26

Animation nocturne
Animation nocturne

salta-j-16

Sur la place principale
Sur la place principale
La cathédrale
La cathédrale
Détail de la façade de la cathédrale
Détail de la façade de la cathédrale
Façade de l'hôtel américain
Façade de l’hôtel américain
L'église
L’église San Francisco

Pour ce soir, nous hésitons à tester les peñas, sorte de cafés-concert typiques de Salta mais en passant devant aucun ne nous tente : l’entrée est payante et en plus il faut forcément manger sur place. Ne désirant pas manger encore des empañadas ou des milanaises trop grasses, nous rentrons manger des légumes !  

La soirée se passe à discuter avec une autre française qui voyage à travers l’Amérique Latine pendant 6 mois.

4 avril : bus

Notre bus part à 10h30 pour seulement 4 heures de trajet jusqu’à Tilcara, une broutille après nos derniers voyages !

La suite, au prochain numéro de votre blog préféré.

Iguazú : c’est beau, mais chuuuuut(e)

Iguazú : c’est beau, mais chuuuuut(e)

Du 31 mars au 1er avril

A défaut d’arriver à 7h comme prévu, notre bus, parti la veille à 13h30 de Buenos Aires, arrive en ce vendredi matin à 9h à Puerto Iguazú. Seule anecdote du trajet : un changement de bus au dépôt de la compagnie à 4h30 du matin. Je vous laisse imaginer nos têtes de déterrés, au milieu de bus vides, à regarder les chauffeurs déplacer nos bagages d’un bus à l’autre.

Puerto Iguazú est la ville argentine la plus proche du parc national d’Iguazú, où se trouvent les fameuses chutes d’eau. Notre première mission de la matinée : trouver un billet de bus pour la suite de notre voyage. Le plan est de visiter le parc dans la journée puis de filer vers Salta, à 1000 km à l’ouest.

Comme d’habitude, nous faisons le tour des guérites et nous voilà avec un billet pour le lendemain matin. Nous pensions repartir le soir même, mais les horaires et prix sont moins sympas.

Nous laissons ensuite nos sacs à dos à la gare de bus, puis prenons une navette direction le parc. Celui-ci se situe à 20 km de la ville et est à cheval entre le Brésil et l’Argentine. Nous ne visitons que la partie argentine, qui permet de s’approcher des chutes au plus près tandis que le côté brésilien offre plutôt des points de vue sur l’ensemble des cascades.

L’entrée a des allures de Disneyland, avec ses portiques, ses chemins pavés bordés de boutiques de souvenirs qui mènent jusqu’à un petit train, obligatoire pour accéder aux trois circuits ouverts. En effet, une partie du parc n’est pas accessible à cause des crues, et nous ne pourrons pas visiter l’île San Martín.

Le petit train
Le petit train

Nous commençons donc par le circuit « inférieur » qui nous permet d’observer les chutes d’eau depuis le bas. Le tour fait un peu plus d’un kilomètre, et nous ne sommes pas seuls : touristes et coatis partagent le chemin avec nous. Vous connaissez la première espèce, la deuxième est un animal qui, au contact de l’être humain, est devenu chapardeur et très curieux, au point d’essayer de fouiller dans les sacs à dos si vous avez le malheur de le laisser au sol quelques instants. Nous avons notamment vu un touriste argentin se faire arracher des mains un sac en papier contenant des empeñadas !

Les coatis
Les coatis

Bref, revenons aux chutes. Le tour passe devant une première cascade avant de nous offrir une série de points de vue sur les fameuses chutes, qui s’étendent sur 2,7 km. Nous nous approchons ainsi jusqu’à un mirador situé quasiment sous l’une d’entre elles. Nous affrontons les éléments pour la photo, avec enthousiasme car il fait chaud et un peu de bruine ne nous fait pas de mal.

iguazu-24

A la douche
A la douche
El Condor Pasa
El Condor Pasa
Un des premiers points de vue
Un des premiers points de vue

Nous nous posons ensuite face aux cascades jumelles pour pique-niquer, dans un coin qui s’avère ne pas être fréquenté par les coatis mais par les papillons. Irène en adopte un sur son chapeau, qui restera bien accroché une demi-heure. Nous apprenons plus loin que ces insectes sont attirés par les sels que nous déposons un peu partout, le sol de cette région étant pauvre en minéraux.

Les chutes jumelles
Les chutes jumelles
Ma nouvelle décoration
Ma nouvelle décoration
Les papillons et nous
Les papillons et nous

En route maintenant vers le circuit supérieur, je vous laisse deviner quels points de vue offre ce circuit ! Nous tombons sur Julie, que nous avions laissée à la gare de bus et continuons donc le chemin ensemble.

Celui-ci, bien aménagé, nous mène successivement au dessus des différentes chutes d’eau du parc. Nous voyons des trombes d’eau se déverser 80 mètres plus bas.

Détail
Détail

iguazu-21

Sur les passerelles bien aménagées
Sur les passerelles bien aménagées
Fleurs
Fleurs

iguazu-9 iguazu-5

Au terme de cette deuxième boucle, il nous faut reprendre le petit train pour rejoindre le clou de la visite : la Garganta del Diablo (gorge du Diable). En chemin, nous croisons des nuées de papillons et quelques jolis oiseaux. Nous voyons même deux tortues se prélasser au soleil tandis qu’un caïman attend patiemment quelques mètres plus loin. Nous sommes contents d’être sur notre passerelle métallique, deux mètres au dessus.

Synthèse de la chasse aux papillons
Synthèse de la chasse aux papillons
Bébé tortue arrive enfin à rejoindre sa maman
Bébé tortue arrive enfin à rejoindre sa maman
Un des singes vus par Julie, mais pas par nous
Un des singes vus par Julie, mais pas par nous
Un beau lézard
Un beau lézard
Urraca Comun (famille de la pie)
Urraca Comun (famille de la pie)
Notre premier caïman en liberté
Notre premier caïman en liberté

Enfin, nous atteignons la fameuse gorge du Diable. Le bruit est impressionnant, nous n’entendons plus les hélicoptères qui nous survolent ! Visuellement, c’est tout aussi fou : il y a tellement d’eau que le nuage de vapeur ne nous permet pas de voir le pied des chutes ! Arc-en-ciels et papillons viennent ajouter à la magie du lieu et nous y prenons notre temps pour profiter un maximum.

Y a un papillon, là
Y a un papillon, là

iguazu-6

Les chutes vues de hauts
Les chutes vues de hauts
Finalement, on ne voit rien...
Finalement, on ne voit rien…
Et encore, il vous manque le bruit !
Et encore, il vous manque le bruit !

iguazu-18

Ca fume !
Ca fume !
Encore un arc-en-ciel
Encore un arc-en-ciel

iguazu-10

Imitation des pauses chiliennes
Imitation des pauses chiliennes
Des airs d'Amazonie
Des airs d’Amazonie

Nous retournons ensuite jusqu’à l’entrée du parc bercés par le petit train et attrapons une des fréquentes navettes jusqu’au centre. N’ayant pas de logement, c’est notre nouvelle quête de cette fin d’après-midi. Nous trouvons un hôtel pas cher et bien noté en ligne et, après nous être assurés via WhatsApp que nous pouvions utiliser la cuisine, nous voilà logés pour la nuit. C’est donc l’heure de prendre un dernier verre avec Julie, qui reste dans le coin avant de redescendre en Uruguay.

Après avoir dit « au revoir » pour la deuxième fois à Julie (la première c’était à Puerto Natales), nous rejoignons l’hôtel avec nos sacs sur le dos pour un bon repas et une nuit dans un vrai lit afin de nous préparer pour les 26h de bus qui nous mèneront le lendemain jusqu’à Salta.

Un très grand merci à Julie pour toutes les photos de nous présentent dans cet article !

Buenos Aires : retour en ville

Buenos Aires : retour en ville

Du 25 au 30 mars

Arrivée à Buenos Aires : chaleur et bruit

Notre vol Ushuaïa-Buenos Aires s’est effectué sans encombre et nous récupérons particulièrement rapidement nos bagages avant de prendre un taxi. Le conducteur, assez bavard, nous vend les mérites de la ville lorsque Thomas l’interrompt : en une minute, le compteur est passé de 80 à 160 pesos ! Il en informe le chauffeur qui, mise en scène ou réalité, tapote sa machine et nous dit qu’il y a effectivement un problème. Nous arrivons à bon port et payons 110 pesos, soit le prix normal pour une course entre l’aéroport et le centre-ville.

Notre auberge est dans le quartier Recoleta, un des quartiers huppés de la capitale argentine. Elle se situe dans un immeuble du début du siècle dernier et toutes les chambres donnent sur la cours intérieure, à ciel ouvert. Nous aurons la malchance de découvrir que cette spécificité architecturale en fait une prodigieuse caisse de résonance : si des personnes discutent en bas, tout le monde entend ! Mais pour l’instant,  nous ne le savons pas encore et nous nous contentons de déposer nos sacs dans le dortoir de 4, que nous partageons avec deux américains. Puis nous allons déguster une pizza dans le restaurant d’à côté. Cela faisait bien une semaine que Thomas rêvait de pizza et, par chance, la pizzeria est bonne ! Au point que des mariés y débarquent en tenue avec une quinzaine d’invités.

Après ce bon repas, nous regagnons nos pénates et le cauchemard  commence : il fait chaud (25 degrés versus 13 à Ushuaia) et surtout, certains résidents sèment la pagaille dans l’auberge. Éclats de voix, musique à fond, raclements de chaises et tables métalliques, la totale.Il est déjà 1h30 du matin lorsque Thomas se lève pour aller voir le réceptionniste, qui ne joue pas du tout le rôle de garde chiourme… Cela se calme vers 2h30, mais vers 4h, d’autres personnes commencent à discuter et enfin à 7h, les lève-tôts s’activent . Avec tout cela, nous sommes bien fatigués et notre première activité de la matinée est de trouver un autre logement, sachant que nous avons quand même une deuxième nuit réservée dans cette même auberge.

Jour 1 : découverte de San Telmo et de la Boca

Nous sortons de l’auberge vers midi pour explorer cette grande ville de 3 millions d’habitants intra muros et 13 millions avec son agglomération, soit la même marée humaine qu’à Paris. Nous ne nous attendions à rien de spécial, car seul le nom de cette capitale nous était familier. Et encore ! Son nom initial est Puerto Nuestra Señora Santa Maria del Buen Aire, qui le savait ? Elle fut fondée en 1536 par Pedro de Mendoza y Luján, espagnol, qui mourut un an après en mer. 20 000 habitants animaient ses rues en 1776, lorsqu’elle devint la capitale de la vice-royauté. Elle fut déclarée capitale du pays en 1880 et accueillit de nombreux migrants.

Suite à notre séjour à Santiago, nous avions cependant des légères appréhensions quant à notre capacité à aimer une grande ville sud-américaine, d’autant que cela fait un bon mois que nous sommes en pleine nature.

C’est donc d’un pas fatigué et mitigé que nous nous dirigeons vers le quartier de San Telmo via le Microcentro. Nous passons notamment devant le siège de la présidence, qui domine la place de mai avec sa couleur rose. Pourquoi rose ? Les théories sont multiples : mélange du rouge des Fédéralistes et du blanc des Unitaristes ou utilisation de sang de boeuf dans la peinture, pratique courante à la fin du XIXe siècle. Autre point fort du Microcentro, la Plaza de Mayo, lieu de rassemblements et de manifestations. C’est d’ailleurs sur cette place que les Mères de la Place de Mai se réunissent hebdomadairement depuis 30 ans à la mémoire des disparus sous la junte militaire entre 1976 et 1983.

Le palais de justice
Le palais de justice
La casa rosada
La casa Rosada
Boulangerie française (non testée)
Boulangerie française (non testée)

Nous continuons notre exploration et force est de constater que, même si certaines artères alignent jusqu’à 11 voies, la ville est assez verte et aérée car elle est régulièrement agrémentée de grands parcs. Autre point positif, elle comprend assez peu de grattes-ciels. Il s’agit plutôt d’un alignement d’immeubles de tailles moyennes, un peu comme à Paris, dont certains sont en pierres de taille. Néanmoins, c’est une grande ville, avec son agitation et son bruit perpétuel. Cela nous change bien de la Patagonie, sauvage et puissante, où seuls résonnent les échos des glaciers, des eaux tumultueuses et des rapaces.

Nous traversons ensuite le quartier de San Telmo dont une des rues est animée par un marché artisanal, sur quelques centaines de mètres, quand même. On y trouve toute sorte de menus objets décoratifs, plus ou moins dédiés aux touristes, tels des magnets, des ponchos, des portes clés et bien sûr des tonnes de bijoux. Donc, oui, j’ai une paire de boucles d’oreilles en plus, mais j’ai le droit à une paire par pays visité !

La Feria de San Telmo, tous les dimanches
La Feria de San Telmo, tous les dimanches
Un passage dans San Telmo
Un passage dans San Telmo
Un des passages de San Telmo
Un des passages de San Telmo
Dans le quartier de San Telmo
Dans le quartier de San Telmo

Il est 15h lorsque nous émergeons de la foule et nos estomacs se manifestent. Après de longues hésitations, nous entrons dans un café qui s’avère être une des institutions de la ville, ouvert depuis début 1900. Le serveur nous a rappelé Paris : peu affable, il jette la carte sur la table, prend la commande en un grognement et fait tout en traînant les pieds. La nourriture est bonne, c’est le principal et nous sortons d’attaque pour explorer le quartier de La Boca.

Ce dernier est potentiellement l’une des zones malfamées de Buenos Aires et effectivement, il a l’air un peu plus pauvre. Paradoxalement, c’est ici que ce trouve le Caminito, deux ruelles hyper touristiques avec maisons colorées, restaurants avec rabatteurs, danseurs de tango, artistes de rue… c’est extrêmement animé et cela fait complètement artificiel.

La Boca
La Boca
La Boca
La Boca
Thomas dans La Boca
Thomas dans La Boca
Des argentins boivent leur maté
Des argentins boivent leur maté
Le Caminito
Le Caminito
Maison del Caminito
Maison del Caminito
Un escalier au sien de La Boca
Un escalier au sien de La Boca
Thomas fait les boutiques
Thomas fait les boutiques
Un passage du Caminito
Un passage du Caminito
Les couleurs de La Boca
Les couleurs de La Boca
Un accordéonniste
Un accordéoniste
Une des bâtisses du Caminito
Une des bâtisses du Caminito
Détail d'une des façades de La Boca
Détail d’une des façades de La Boca
Détail d'une des façades
Détail d’une des façades
Danseurs de Tango
Danseurs de Tango
L'ancienne voie de chemin de fer
L’ancienne voie de chemin de fer

Après quelques photos, nous rentrons à l’auberge et y attendons un argentin,  ancien collègue de Thomas, Lucas. Il est de retour au pays pour terminer ses études après son stage en France. En attendant, il nous conduit dans un bar qui brasse sa propre bière. Notre point faible est décidément connu de tous ! Nous accompagnons notre verre d’une assiette de frites préparées selon la recette locale : avec du cheddar fondu, du bacon et des jeunes oignons.

La soirée se termine par une petite balade digestive et nous regagnons nos pénates en nous demandant si nous pourrons dormir. La réponse est positive ! Tout est calme et la chambre est à nous, ouf.

Jour 2 : déménagement et balade dans Recoleta

La nuit fut paisible et nous prenons notre petit déjeuner de meilleur humeur que la veille avant de faire nos sacs.

Nous décidons de rejoindre à pied notre nouveau logement, dans le quartier Congreso. Mais avant nous passons devant une des parillas, restaurant à viande, pour regarder le menu . Ce soir, nous mangeons avec un ami Erasmus et sa compagne et nous cherchons désespérément un endroit abordable. Les prix flambent en Argentine et c’est particulièrement vrai pour les parillas réputées : les prix mentionnés dans les guides tournent autour de 200 pesos alors qu’en réalité c’est entre 400 et 700 ! Toujours est-il que l’adresse devant laquelle nous passons propose des tarifs acceptables, que nous prenons en photo pour envoyer à nos amis.

Le congrès
Le congrès

35 minutes plus tard, nous arrivons au Airbnb, dans une vieille maison bourgeoise. La rue est bruyante en journée, mais la chambre spacieuse et avec salle de bain. Cela nous va. Nous y déjeunons puis nous dirigeons vers la gare routière pour acheter nos billets vers Iguazú. La gare est immense et il y a bien une centaine de guichets alignés. C’est parti pour l’analyse des prix… 1500 pesos le tarif officiel mais chacun y va de sa réduction. 3 agences se détachent du lot avec des offres à 1050, 1053 et 1055 pesos. Banco pour les 1050 pesos. En fait, nous nous retrouvons avec des billets pour un prestataire différent, qui lui-même vendait les billets à 1200 pesos. Bref, on a nos places et l’on quitte vite fait cette gare aux alentours assez glauques.

La fleur mécanique, un des emblèmes de Buenos Aires
La fleur mécanique, un des emblèmes de Buenos Aires

Après un passage éclair par la place du général libérateur San Martín où trône sa statue, nous partons d’un bon pas vers Recoleta pour explorer quelques rues et surtout le cimetière, l’un des immanquables de la visite de la ville d’après notre guide. Il n’est pas très grand, mais les mausolées s’alignent dans toutes les directions, plus ou moins sculptés et plus ou moins modernes. Nous y passons un moment agréable, surtout que comme il ferme ses portes bientôt, le gros des touristes des déjà parti (et je ne parle pas d’Obélix). L’une des tombes attire plus spécialement touristes et locaux : celle d’Eva Duarte, actrice mariée à l’homme politique Juan Perón. Elle poussa celui-ci dans sa carrière politique et il devint président en 1946. Elle lui a notamment soufflé de nombreuses actions en faveur du peuple et des femmes, qui obtiennent ainsi le droit de vote en 1947. Perón est élu pour un deuxième mandat, mais Eva meurt pendant cette période, à l’âge de 33 ans. Perón est renversé par un coup d’état militaire en 1955. La période qui suit est extrêmement sombre, marquée par des grèves et une guérilla armée. Perón revient au pouvoir en 1973 mais meurt en 1974. Le péronisme a fait son temps, avec autant d’adeptes que d’opposants mais Eva reste encore aujourd’hui un symbole pour les argentins. C’est d’ailleurs une des seules tombes fleuries du cimetière. On entre alors dans la période dite de la guerre sale : tous les opposants au nouveau régime sont traqués et ainsi, des milliers de personnes disparaissent entre 1976 et 1983. Le nombre exacte n’est pas connu et oscille entre 10 000 et 30 000 disparus. Depuis, tous les jeudis, les mères se rassemblent et réclament la vérité sur ce triste chapitre.

Cimitière de Recoleta
Cimitière de Recoleta
Reflet
Reflet
Dans le cimetière
Dans le cimetière
Une des allées
Une des allées

 

Détail de mausolée
Détail de mausolée
Les ombres du cimetière
Les ombres du cimetière

Nous sortons de cet espace calme pour rejoindre l’agitation urbaine. Nous faisons un aller-retour rapide “à la maison” puis rejoignons Sam et Aulde pour un bon repas. Nous échangeons nos expériences et astuces de voyage car ils sont également sur les routes sud-américaines depuis 4 mois. Par contre, il leur reste encore 7 mois pour explorer le territoire, alors que nous commençons à compter les semaines. Le temps de se raconter tout cela, il est déjà minuit !

Jour 3 : exploration de Palermo

En ville, nous ne sommes pas du matin. Certains diront qu’en randonnée non plus… toujours est-il que nous sortons au soleil vers 12h30 pour regagner en bus le quartier de Palermo. Ce quartier est à la mode, assez chic, avec resto et bars branchés. En tout cas, je m’y sens tout de suite bien car il y a plein de grands parcs ! On aperçoit les girafes du zoo avant de rejoindre le parc 3 de Febrero et sa magnifique roseraie. Nous passons ainsi de Palermo Hollywood à Palermo Soho, la vieille ville, tout aussi branchée. Les immeubles font rarement plus de deux étages et les petites boutiques s’alternent avec les resto. Comme il est 15h, nous avons faim, nous nous décidons pour une spécialité argentine : le pancho. Il s’agit d’un hot dog avec sauce au choix, l’originalité résidant dans ces sauces. Ce n’est pas très fin, mais ça cale.

Soleil et arbres
Soleil et arbres
Un cardinal, un peu flou
Un cardinal, un peu flou
Maison dans un des parcs
Maison dans un des parcs
Aménagement d'un des parcs
Aménagement d’un des parcs
Thomas sur le pont
Thomas sur le pont
Un des ponts du parc
Un des ponts du parc
La roseraie
La roseraie

ba-j3-rose

Dans la roseraie
Dans la roseraie
Les rails au coeur de la ville
Les rails au cœur de la ville

Plaza Serrano nous rejoignons Julie, arrivée un jour après nous en ville, pour une glace, puis une balade, puis un verre (de bière artisanale), puis un très bon burger-frites chez Burger Joint. Nous passons une excellente soirée puis nos lits nous appellent.

Palermo
Palermo
Un banc dans Palermo
Un banc dans Palermo
Une des rues de Palermo
Une des rues de Palermo
Une utilisation du français qui nous a fait bien rire
Une utilisation du français qui nous a fait bien rire
Thomas en Bretagne
Thomas en Bretagne
Au bar avec Julie
Au bar avec Julie

Jour 4 : Puerto Madero  

Ce matin, nous nous acharnons contre le Wi-Fi, déjà hasardeux les autres jours mais complètement récalcitrant pour le moment. Nous qui voulions mettre à jour le blog, c’est raté ! A défaut, nous nous préparons un bon déjeuner et quittons l’immeuble après avoir étendu la lessive au soleil, sur les coups de 14h30. Il nous reste un quartier à explorer et nous sommes censés voir Flor et Natacha, les argentines de Bariloche, ce soir. Oui, même à l’autre bout du monde, tous nos soirs sont pris !

Nous nous rendons à pied à Puerto Madero, un bel endroit de la ville. Les quais sont aménagés et même si l’on voit des tours, elles sont belles et assez espacées. Nous en profitons pour visiter le navire-école de la Marine, la frégate Sarmiento. Le bateau a parcouru les mers de 1899 à 1938, en passant plusieurs fois par la France. La visite a l’air intéressante et le coût d’entrée plus que modique (10 pesos, 60 centimes) : nous voilà sur le ponton. Impossible de hisser les voiles mais c’est bien sympa d’être à bord et cela nous rappelle Brest 2016. Quelques panneaux expliquent les différentes pièces traversées, nous voyons le salon de coiffure, la cuisine, la cabine de pilotage et quelques maquettes présentant les appartements du capitaine.

En chemin
En chemin
Une des places
Une des places
Un des marchés
Un des marchés
Vue du quartier de Puerto Madero
Vue du quartier de Puerto Madero
Le bateau vu du pont de la femme
Le bateau vu du pont de la femme
Détail des mats
Détail des mats

ba-j4-bateau-3

Détail des poulis
Détail des poulis
Ponton
Ponton

ba-j4-bateau-1

A tribord toute !
A tribord toute !
Un futur marin ?
Un futur marin ?
En tout cas, il est assidu en cours
En tout cas, il est assidu en cours

 

Des chaussures de plongée, chacune pèse 10 kg
Des chaussures de plongée, chacune pèse 10 kg
Sac matelot et hamac
Sac matelot et hamac
Couloir du Sarmiento
Couloir du Sarmiento
Le coiffeur du bateau
Le coiffeur du bateau

De retour sur la terre ferme, nous passons par le pont des femmes, censés représenter un couple de danseurs de tango mais nous manquons d’imagination probablement car nous sommes bien incapables de le visualiser. Cela nous mène au parc écologique, une zone naturelle protégée ou nous devrions pouvoir observer tout un tas d’oiseaux. A défaut d’en voir beaucoup, cela nous fait une balade dans la nature et c’est agréable.

Le Sarmiento
Le Sarmiento
Fleur
Fleur
Tour et reflet
Tour et reflet

ba-j4-oiseau ba-j4-oiseau-2

Fleurs et lumière
Fleurs et lumière
Roseau au soleil
Roseau au soleil
L'impression d'être hors du temps
L’impression d’être hors du temps

Au passage, on trouve un point Wi-Fi pour valider le lieu de rendez-vous avec les filles mais elles ne sont plus dispo. Il faut dire qu’elles sont rentrées il y a deux jours à peine après deux mois d’absence et du coup, amis et parents les sollicitent. C’est dommage pour nous, mais nous comprenons… on mangera à l’appartement en tête à tête ce soir.

Jour 5 : sacs et bus

Notre séjour à la capitale touche à sa fin. Nous plions bagage et nous rendons au terminal de bus où nous retrouvons Julie, qui se rend également à Iguazú.
Le bus part à l’heure, 13h30. Il est maintenant 22h et je termine cet article. Nous arriverons à 7h du matin à Puerto Iguazú, pour une bonne douche !

Saut de cabri… corne

Saut de cabri… corne

8 avril 2017

Aujourd’hui, dernière demi-journée en Argentine ! Nous prenons le bus ce matin depuis Tilcara direction la frontière bolivienne. Au passage, nous traverserons la ligne du tropiques du Capricorne (vous comprenez notre titre d’article maintenant !)

En attendant de trouver une connexion décente pour mettre à jour le blog, nous vous donnons rendez-vous en Bolivie !

Pas de gel à Ushuaïa

Pas de gel à Ushuaïa

Du 22 au 25 mars

Je passe rapidement sur la journée du 21 mars, dédiée au repos à Puerto Natales et continue sur le récit de notre périple jusqu’au bout du monde : la ville d’Ushuaïa.

Le trajet

En ce mercredi matin, nous sommes attendus à la gare à 6h45 où un bus doit nous mener jusqu’à Punta Arenas, ville chilienne située à près de 300 km au sud. De là, un bus doit nous mener jusqu’à Ushuaïa. Celui-ci part à 8h30 de Punta Arenas. Les plus rapides auront déjà fait le calcul, 300 km en 1h45, sur une route patagonienne, c’est utopique (et pourtant, ils peuvent rouler vite). En effet, ça l’est : sur les coups de 9h notre bus s’arrête au milieu de nulle part et demande aux passagers à destination d’Ushuaïa de descendre et de récupérer leurs bagages en soute. Nous sommes donc une quinzaine, abandonnés sur le bord de la route, à attendre le bus de Punta Arenas (il y a en fait une jonction à quelques centaines de mètres). Il fait frais mais beau donc ça va. Une demi-heure plus tard, après avoir vu passer plusieurs bus sauf le nôtre, celui-ci arrive enfin et nous reprenons la route direction la Terre de Feu.

L'arrêt de bus au milieu de nulle part
L’arrêt de bus au milieu de nulle part
L'arrêt de bus, enfin on espère ne pas être abandonnés là
L’arrêt de bus, enfin on espère ne pas être abandonnés là

Une heure plus tard, nous arrivons à l’embarcadère du bac où bus, camions et autres véhicules attendent patiemment leur tour. Les bus ont visiblement la priorité car nous passons devant tout le monde et traversons le détroit de Magellan en une demi-heure. Nous aurons même la chance d’apercevoir des dauphins noirs et blancs ainsi sue des otaries !

Notre ferry nous attend
Notre ferry nous attend
Notre ferry en croise un autre
Notre ferry en croise un autre
Terre de feu droit devant
Terre de feu droit devant
Un débarquement parfois compliqué sans les freins
Un débarquement parfois compliqué sans les freins

De l’autre côté du détroit, ça y est ! Nous posons le pied sur l’île de Terre de Feu, appelée ainsi lors de sa découverte par Magellan, ayant aperçu la fumée de feux de camp autochtones (un peu comme la Bay of Fires en Tasmanie). Après une trentaine de kilomètres, la route, goudronnée jusqu’à présent, se transforme en route en terre : le gouvernement chilien n’ayant plus de villes au-delà n’a probablement pas jugé nécessaire de faciliter le passage vers l’Argentine. S’en suivent une centaine de kilomètres à 50 km/h jusqu’aux frontières. Comme d’habitude, nous faisons la queue deux fois mais comme nous ne sommes pas le premier bus, cela prend un temps fou et nous ne quittons la frontière Argentine que vers 16h pour retrouver la route goudronnée. C’était notre cinquième et dernier passage de frontière Chili-Argentine (trois dans ce sens, deux dans l’autre) ! Nous arrivons à Ushuaïa à 20h, après une longue journée et décidons de rejoindre notre logement à pied, l’air est doux et nous avons besoin de nous dégourdir les jambes !

Jour 1 : balade dans la ville

Un peu de repos après nos aventures de la veille, nous traînons dans notre logement le matin et, après quelques courses chez Carrefour (si, si !) et un déjeuner maison, nous voilà partis pour découvrir la ville la plus au sud du monde. Bon, en vrai, Puerto Williams, un village situé de l’autre côté du canal de Beagle, au Chili, est encore plus au sud mais il n’a pas le statut de ville selon les critères de l’ONU : le statut de ville est attribué aux bourgades de plus de 20 000 habitants, Puerto Williams compte un peu plus de 2000 âmes contre près de 60 000 pour Ushuaïa. Donc techniquement, Ushuaïa est bien la ville la plus au sud. N’allez pas dire le contraire à un argentin !

Nous marchons vers le port où les agences de voyage se battent pour proposer aux touristes de passage différentes croisières dans le canal pour observer faune et flore. Après avoir discuté avec trois d’entre elles, nous réservons pour le lendemain matin, les conditions étant censée être les meilleures pour naviguer. Nos critères : un petit bateau (10/12 personnes, pas un catamaran à 40 personnes), le prix 1100 pesos (66 €) par personne et les options proposées : une mini randonnée sur un îlot du canal est prévue et le tour inclut la dégustation d’une bière locale au retour. Nous faisons l’impasse sur l’option « balade avec les pingouins », qui dure toute la journée pour ne finalement passer que quelques dizaines de minutes dans un groupe de vingt au milieu des pingouins pour un prix exorbitant.

Reflets de la ville
Reflets de la ville
D'un autre angle
D’un autre angle

ushuaia-j2-ville-7

Ushuaïa et son glacier au loin
Ushuaïa et son glacier au loin
Reflets
Reflets
Bateau à voile et à moteurs
Bateau à voile et à moteurs
Le San Christopher, des années 1930 et visiblement hors service
Le San Christopher, des années 1930 et visiblement hors service
Des airs de ports bretons
Des airs de ports bretons
La petite capitainerie
La petite capitainerie
Le panneau de la fin du monde
Le panneau de la fin du monde
Un Kelp Goose mâle
Un Kelp Goose mâle
Un pétrel géant Antarctique
Un pétrel géant Antarctique
Oiseau (oui, désolée je ne connais pas son nom)
Oiseau (oui, désolée je ne connais pas son nom)

La sortie réservée, nous décidons d’aller nous cultiver au musée maritime, situé dans l’ancien bagne. Ce musée est en fait un mélange de musée maritime, historique et artistique. Les expositions sont réparties dans les différentes ailes du bagne, et les anciennes cellules hébergent les présentoirs et autres objets d’exposition. Le tout est un peu décousu et nous ne comprenons pas le fil directeur de certaines expositions. Nous en apprenons néanmoins un peu plus sur l’histoire de la ville, créée en 1870 pour étudier les peuples Yagan puis transformée en 1884 en bagne, qu’elle restera jusqu’en 1947. Elle accueillait alors les prisonniers de droit commun et les prisonniers politiques.

Le phare du bout du monde reproduit dans le musée
Le phare du bout du monde reproduit dans le musée
La prison
La prison

Quelques planches nous informent également sur l’histoire des expéditions en Antarctique : 90% des expéditions actuelles font escales ou partent d’Ushuaïa. Nous verrons d’ailleurs dans le port un navire argentin être deux missions.

Nous terminons la journée en nous baladant dans la rue principale, faisons un arrêt dans une brasserie artisanale où nous goûtons la bière locale en écrivant des cartes postales, avant de rejoindre notre logement pour nous faire à manger.

Maison du début du siècle
Maison du début du siècle
Une autre
Une autre
Une des rues
Une des rues
Séance d'écriture
Séance d’écriture

Jour 2 : croisière et randonnée

Aujourd’hui, c’est croisière ! Nous avons rendez-vous à 9h45 pour un départ à 10h, nous partons avec quinze minute de retard car il semble que nous attendions des personnes qui ne viendront pas. Tant mieux ! Nous sommes quatre touristes sur le bateau, avec la guide, le capitaine et un ami de la guide, autant dire que la matinée se passera en petit comité, loin de la foule des catamarans. Vous l’aurez remarqué si vous êtes assidus de ce blog, mais nous n’aimons pas la foule !

Ushuaïa s'éloigne doucement
Ushuaïa s’éloigne doucement

Bref, nous voilà partis pour une excursion de 4h dans le canal de Beagle. Considéré comme la seule mer qui touche l’Argentine (le reste de ses côtes est bordé par l’océan Atlantique), le canal sépare la grande île de Terre de Feu de l’île de Navarino au sud, entièrement chilienne. Au milieu du canal se trouve un petit archipel, les îles Bridges, du nom de Thomas Bridges, l’un des premiers colons de la région et, à leur extrémité le phare « Les Eclaireurs » (en français dans le texte), le phare le plus septentrional.

Nous nous dirigeons vers les premières îles pendant que la guide nous fait asseoir en proue du bateau, sous un beau soleil et une mer calme, pour nous décrire la géographie de la région, carte maritime à l’appui. C’est instructif, nous réchauffons notre espagnol un peu délaissé ces dernières semaines au profit de l’anglais. Nous voyons quelques oiseaux de mer et des pingouins de Magellan barboter autour de nous. Et, alors que nous nous approchons des premières îles pour en observer la faune, le capitaine annonce un changement de cap direction le phare au loin car un des bateaux qui nous précède a vu des « bachénas ».

Et là, Irène et moi nous regardons, chacun lisant l’incompréhension dans les yeux de l’autre. Nous demandant à la guide et nos comparses argentines ce qu’il en ressort, celles-ci nous confirment que nous allons voir les bachénas. Certains d’entre vous auront peut-être déjà compris, mais il nous a fallu cinq minutes d’analyse pour choisir si la première lettre était un « v » ou un « b » (prononcés, à nos oreilles non initiées, de la même manière) et si le son « ch » en était bien un ou plutôt le lettre espagnole « ll », prononcée « ch » en Argentine… Ayant un doute quant à la présence d’une espèce de vache au fond de la baie, nous nous décidons pour l’explication la plus plausible et la plus excitante : des baleines ! Et oui, les ballenas, tout simplement !

Et c’est bien de ça dont il s’agit, notre embarcation se dirige droit vers un banc de cétacés dont nous apercevons déjà les jets d’eau percer la surface au loin. Sur les lieux, nous avons l’énorme chance de voir ces animaux sortir de l’eau pour prendre de l’air. Il y en a plus d’une douzaine, chaque bateau s’approche prudemment, évitant d’encercler les baleines mais plutôt en voguant à leur côté. Celles-ci ne semblent pas gênées, elles sortent régulièrement à quelques mètres de nous, parfois en groupe de deux ou trois bêtes, pour notre plus grand plaisir. Notre guide, Laura, toute aussi excitée que nous, nous explique que c’est la période des migrations vers le nord. Les baleines rejoignent les côtes de l’équateur pour l’hiver austral après avoir profité des immenses réserves de poissons de l’Antarctique. Ce groupe particulier a dû décider de prendre un raccourci par le canal de Beagle, ce qui n’est pas fréquent. Même le capitaine est aux anges, montrant à quel point nous sommes chanceux.

Première baleine au loin
Première baleine au loin

ushuaia-j3-baleine-3 ushuaia-j3-baleine-2 ushuaia-j3-baleine-vers-nous

Nous laissons les baleines continuer leur périple et reprenons le cours de l’excursion. Notre traque nous ayant mené jusqu’au phare, nous en faisant le tour pour une petite séance photo avant de nous diriger vers les îles les plus proches où nichent différentes espèces d’oiseau.

Le phare Les Eclaireurs
Le phare Les Eclaireurs
Les éclaireurs et Thomas
Les éclaireurs et Thomas
ushuaia-j2-selfie-du-bout-du-monde
Selfie du bout du monde
L'île des cormorans
L’île des cormorans
Séchage
Séchage
Cormorans impériaux
Cormorans impériaux

Un peu plus loin, nous approchons une autre île où paressent lions de mer et phoques (tout du moins, d’après nos traductions).

Groupe de phoques
Groupe de phoques
Phoques et albatros
Phoques et albatros
Phoques et cormorans impériaux
Phoques et cormorans impériaux

ushuaia-j3-phoque-2

Ca grattouille
Ca grattouille

Enfin, nous rejoignons l’île Thomas, île principale des îles Bridges, où nous débarquons pour une petite balade d’une demi-heure. Laura nous montre quelques coquillages, expliquant le rôle de chacun, nous observons des algues de près pour comprendre comment celles-ci s’ancrent au fond de l’eau tout en flottant à la surface. Passée cette séance de (re-)découverte des bords de mer, nous grimpons quelques rochers jusqu’à la lande dont la flore présente la particularité de pousser en milieu alpin ! Nous sommes pourtant à dix mètres au dessus du niveau de la mer ! Parmi cette végétation, nous découvrons une mousse très compacte qui croît de quelques millimètres par an seulement. Certains spécimens doivent être là depuis plusieurs centaines d’années.

Lichen
Lichen
La mousse qui pousse lentement
La mousse qui pousse lentement
Notre petite embarcation
Notre petite embarcation
Un vautour (Turkey vulture)
Un vautour (Turkey vulture)
Un caracara huppé
Un caracara huppé

Nous terminons cette balade sur un promontoire nous offrant un point de vue sur la ville d’Ushuaïa et son aéroport d’un côté, sur l’île de Navarino de l’autre. Nous ne sommes toutefois pas assez hauts pour voir le Cap Horn, situé à une centaine de kilomètres.

Vue depuis l'île
Vue depuis l’île

ushuaia-j3-iles

Descente à la corde
Descente à la corde

De retour au bateau, c’est l’heure de la détente : nous nous posons au soleil, en proue du navire, pour siroter un demi de Beagle, la bière locale.

Santé !
Santé !

Nous avons même la chance de retrouver quelques baleines qui se sont approchées du port et nous en profitons une dernière fois, seuls sur l’eau, les autres bateaux étant déjà rentrés au port.

Un pinguin
Un pingouin
Vol de cormorans dans le canal de Beagle
Vol de cormorans dans le canal de Beagle

ushuaia-j3-baleines-2 ushuaia-j3-deux-baleines-2

Elles viennent vers nous
Elles viennent vers nous

Nous débarquons les yeux amplis de belles images mais la journée n’est pas terminée. Nous voulons profiter du beau temps pour aller nous balader jusqu’au lac Esmeralda. Le point de départ de la randonnée est situé a 20 km du centre et notre hôte nous a indiqué que l’autostop fonctionnait très  bien. Nous suivons ses conseils et effectivement, deux minutes après notre arrivée sur la route principale, une dame nous embarque et nous dépose à l’entrée de la ville à 7 km. Nous tentons le coup à nouveau et à peine une minute après avoir levé le pouce, c’est une famille qui nous prend en charge et nous dépose au point de départ de la rando. Voilà une affaire rondement menée : moins d’une heure après avoir mis pied à terre, nous sommes en route vers le lac.

Le chemin traverse bois et vallée, aux couleurs déjà automnales. Ce dégradé de couleurs chaudes, du rouge profond à l’or éclatant est absolument superbe. Nous en savourons les reflets moirés pendant toute la balade. Nous traversons plusieurs rivières sur lesquelles des castors ont construit des barrages, puis ça se corse : nous abordons un champ de boue, une vraie pataugeoire que nous tentons tant bien que mal de traverser sans trop salir nos chaussures.  Deux heures de grimpette plus tard, nous voilà arriver au lac. Après une petite pause, nous repartons dans l’autre sens et rejoignons le parking en une heure. Dans ce sens, nous avons moins de succès avec le stop. Mais relativisons, nous attendons au final un quart d’heure avant d’être raccompagnés par Gustavo, avec qui nous discutons voyage.

La forêt s'ouvre à nous
La forêt s’ouvre à nous
Belles couleurs
Belles couleurs
Rivière et barrage de castors
Rivière et barrage de castors
L'automne est bien là
L’automne est bien là
A pas tranquilles
A pas tranquilles
Un grand lutin vers la montagne
Un grand lutin vers la montagne
Même la montagne offre un beau dégradé de couleurs
Même la montagne offre un beau dégradé de couleurs
Racine (pas le dramaturge français)
Racine (pas le dramaturge français)

ushauia-j4-riviere

Dans la boue bien spongieuse
Dans la boue bien spongieuse
Laguna Esmeralda
Laguna Esmeralda

Après cette journée épuisante, mais riche en émotions et haute en couleurs, nous sommes contents de retrouver un vrai lit et un toit qui nous protège des averses de la nuit.

Jour 3 : dernier tour de piste avant l’envol

Nous profitons du fait que personne n’a loué notre chambre Airbnb pour traîner et finir nos sacs. Nous décollons en fin d’après-midi pour Buenos Aires et n’avons donc rien de prévu pour la journée.
Pour profiter néanmoins du grand soleil, nous emballons nos restes et allons pique-niquer sur la jetée, face à la baie d’Ushuaïa, conscients que c’est probablement la dernière fois que nous profitons de ce paysage. Un dernier tour en ville pour boire un chocolat chaud et nous rentrons récupérer nos sacs pour nous rendre à pied jusqu’à l’aéroport.

Celui-ci se situe à 5 km du centre et une promenade piétonne permet d’y accéder sans risque. Inutile de préciser que nous sommes les seuls avec des sacs à dos parmi les joggers et les badauds promenant leur chien. Mais la promenade est agréable, avec vue sur le canal et les montagnes chiliennes derrière. À l’aéroport, après avoir enregistré nos bagages, nous restons nous prélasser au soleil jusqu’au moment de l’embarquement, et nous voila partis pour un saut de puce de 3000 kilomètres.

Éblouis par le Perito Moreno

Éblouis par le Perito Moreno

13 mars

Nous avions longtemps hésité ces dernières semaines entre voir ou ne pas voir le Perito Moreno.

Voir, parce que c’est un grand et beau glacier, l’un des plus connus et visités en Patagonie, où nous ne retournerons pas de sitôt : après tout, il faut vivre à fond ce voyage.

Ne pas voir, parce que c’est quand même assez cher ! Il faut prendre une navette à 450 pesos argentins par personne, puis payer l’entrée du parc à 500 pesos par personne. Soit près de 60 euros par tête ! Il y a encore un mois, le parc était moins cher, mais les prix flambent. Sachez que si vous souhaitez faire l’excursion en bateau, il faut compter 80 euros par personne et si vous voulez marcher 3h sur glacier, c’est 200 euros. Sans oublier le prix d’admission au parc bien sûr !

Mais nous voilà à El Calafate, notre décision est prise : voir ce beau monument de glace.

Trois options s’offraient à nous : partir le matin et passer 4h30 face au glacier, mais avec le risque d’avoir beaucoup de monde. Partir à 13h pour y passer 3h30 ou partir à 14h30 pour y passer 3h et payer seulement 400 pesos pour la navette. Nous préférons la dernière option, qui permettrait a priori d’éviter un bain de foule.

Le matin du 13 est donc une matinée relativement tranquille où nous faisons les courses dans un vrai supermarché. Il y a même des sections habits et électroniques et tous les rayons sont remplis, c’est presque un choc !

Ensuite, nous parcourons rapidement la ville, peu intéressante, à la recherche d’un bar sympa pour ce soir car nous sommes censés fêter l’anniversaire d’Oliver avec Anne-Laure et Guillaume, qui arrivent avec un jour de décalage.

La partie très touristique d'El Calafate
La partie très touristique d’El Calafate
Plantes en ville
Plantes en ville

Il est l’heure de faire à manger et de filer attraper la navette de 14h30. Le trajet dure 1h30 et c’est l’occasion de voir de beaux paysages patagoniens. Le glacier se voit de loin et c’est assez excitant de le voir grossir au fur et à mesure que la distance se réduit.

En route vers le glacier
En route vers le glacier

el-calafate-route-2

Premier aperçu du Perito Moreno
Premier aperçu du Perito Moreno

A l’entrée du parc, un homme monte dans la navette et demande les 500 pesos par personne. Cela fait un peu racket car il ne se présente pas et ne donne pas de reçu ni billet d’entrée. Il repart et revient quelques minutes plus tard avec des tickets, quand même. Pendant ce temps, notre guide nous a gentiment distribué… un sac plastique chacun ! Ceux-ci, estampillés « parc national », permettent de sensibiliser les gens à ne pas jeter leur déchet partout. En tout cas pour nous, cela permettra d’emballer les affaires pour les prochaines rando.

Nous voilà enfin sur les lieux, pour 3 heures. Le parcours piétons ne fait que 2 km pour la partie intéressante avec les miradors. Autant dire que nous avons largement le temps de dévorer l’immense glacier des yeux qui scintille de mille feux sous un beau soleil et un ciel d’un bleu limpide ! Comble de la chance, nous voyons et entendons de gros blocs tomber ! C’est très impressionnant, surtout le son, qui se répercute à l’infini sur les montagnes alentours.

Le lac
Le lac

el-calafate-glacier-1

Bris de glace
Bris de glace
Le Perito Moreno
Le Perito Moreno

el-calafate-glacier-7 el-calafate-glacier-8

Détail de cette immense meringue
Détail de cette immense meringue
Un OVNI dans le ciel ?
Un OVNI dans le ciel ?

Nous prenons tout notre temps et faisons de nombreuses pauses, un vrai régal, d’autant qu’il y a extrêmement peu de personnes sur les lieux.

Repos au soleil
Repos au soleil

La navette nous récupère à 19h et à 20h30, nous sommes de retour en ville. Nous faisons des courses à la vitesse de l’éclair, allons cuisiner à l’auberge et repartons presque immédiatement au bar où Anne-Laure et Guillaume nous rejoignent. Oli est finalement resté un peu plus longtemps à El Chaltén, épuisé par sa rando !
De retour à l’auberge, nous rangeons nos affaires car demain, nous retournons au Chili pour compléter notre collection de tampons sur nos passeports.

Suite du séjour à El Chaltén : entre lassitude et émerveillement

Suite du séjour à El Chaltén : entre lassitude et émerveillement

Du 8 au 12 mars

Journées des 8 et 9 : lassitude

Nous restons deux jours à El Chaltén sans rien faire car il pleut. Moins que prévu mais tout de même trop pour partir en excursion en montagne.

Nous passons l’essentiel du premier jour dans un café, censé avoir une meilleure connexion Wi-Fi que le camping. En réalité, il n’y a qu’une parabole qui fournit internet à toute la ville, du coup quand cela ne fonctionne pas, cela ne fonctionne nulle part. En milieu d’après-midi, Christian et Romina, le couple d’amis suisses, débarquent dans le café avec une carte topographique de la région : ils sont passés au bureau des rangers et sont motivés pour faire une randonnée de 3 jours dès que la météo s’améliore, c’est-à-dire le sur-lendemain vendredi.

Une tablée bien sympa
Une tablée bien sympa

Le lendemain jeudi se divise entre courses et recherche de baudriers pour le vendredi : en effet, pour obtenir le permis de faire la randonnée du Paso del Viento, il faut un minimum d’équipement car une des traversée de rivière se fait sur tyrolienne. Mais trouver des baudriers n’est pas une mince affaire : les loueurs ne prennent pas de réservation donc il faut juste espérer qu’il en reste assez le jour où on les veut vraiment ! Nous voulons nous enregistrer à l’entrée du parc national pour nos trois jours de randonnée à venir, mais ce n’est pas possible sans montrer le baudrier. Le bureau des rangers ferme à 17h mais pour ne pas payer la journée en cours, il faut louer l’équipement après 19h… Un casse-tête un peu agaçant car on ne peut rien anticiper. Après une première boutique en rupture de stock, nous en trouvons une deuxième où on nous loue l’équipement pour 140 pesos (environ 8€) par jour et par personne, pas donné !

Petit déjeuner à base de patisseries argentines
Petit déjeuner à base de pâtisseries argentines (photo prise par Oli)
En route vers le centre ville
En route vers le centre ville (photo prise par Oli)
Vue de la ville
Vue sur les montagnes environnantes

10 mars : en route pour trois jours dans la nature dans le parc national Los Glaciares

Ce matin, pas besoin de plier la tente, c’est le bon côté du dortoir !

Anne-Laure, Guillaume, Romina, Christian, Thomas et moi partons avec nos sacs vers 9h. Oli fait finalement le trajet avec Eric, un allemand bricoleur : il a fabriqué son sac à dos, ses bâtons de marche et sa tente !

Première étape, aller s’inscrire à l’entrée du parc. Évidemment, personne ne regarde si l’on a bien nos baudriers ! Ce n’était pas la peine de dire deux jours avant que l’inscription était impossible sans…

Deuxième étape : les 16 km qui nous séparent du camping Toro, près du lac du même nom. Il pleut, les nuages sont hyper bas du coup on ne voit pas du tout les paysages alentours mais nous avançons vaillamment. Nous croisons quelques vaches sauvages mais c’est tout. Le terrain est imbibé d’eau et de bouses du coup nos pieds sont assez rapidement mouillés. Sur ce point, Thomas et moi sommes déçus par nos chaussures Salomon en gore-tex achetées pour le tour du monde. Outre ces champs d’eau, nous devons également traverser tant bien que mal des rivières, en marchant soit sur des branchages positionnés en équilibre, soit sur des cailloux à fleur d’eau. Un vrai numéro d’acrobate. Heureusement, Christian et Eric ont des bâtons de marche, bien utiles pour certains passages.

Où est Irène ?
Où est Irène ?
Traversée sur tronc d'arbre
Traversée sur tronc d’arbre (photo prise par Oli)

La pause déjeuner est très rapide car le vent gelé se lève et la vue sur la vallée relativement bouchée. On aperçoit malgré tout un bout du glacier au loin.

Avec tout cela, nous arrivons vers 16h au camping, un peu congelés. Les tentes à peine montées, nous allons chercher de l’eau à la source et en mettons à chauffer pour la tisane, puis le chocolat chaud, puis la soupe, puis les pâtes, puis la tisane. Vous l’aurez compris, nous avons passer le reste de la journée à boire de l’eau chaude avant de nous réfugier dans nos tentes à 20h30.

Au bord du lac, pour chercher de l'eau
Au bord du lac, pour chercher de l’eau
Thomas se repose
Thomas se repose
Installation de fortune
Installation de fortune
Oli et son café
Oli et son café

11 mars : une journée extraordinaire

Soleil ! Pas un nuage ! Lorsque Thomas et moi sortons de la tente, nos compagnons de fortune ont déjà installés table et tabourets, trouvés la veille dans une remise, en plein soleil. Le cadre est beau : les montagnes sont dégagées et quelques unes sont saupoudrées de neige.

Petit déjeuner au soleil
Petit déjeuner au soleil (merci Guillaume pour la photo !)

Nous partons tranquillement vers 10h en laissant les tentes sur place car nous faisons un aller-retour vers El Paso del Viento, soit 16 km au total.

Il fait meilleur qu'hier soir !
Il fait meilleur qu’hier soir !
Soleil et eau verte
Soleil et eau verte
Vers la première tyrolienne
Vers la première tyrolienne

Après 1h de marche, nous parvenons à la fameuse tyrolienne. Sans elle, il faudrait traverser le torrent glacé et tumultueux avec de l’eau jusqu’au hanche… Nous passons donc chacun à notre tour sur l’autre rive, à la force de nos bras car le point d’attache est plus haut à l’arrivée.

Avant le passage en tyrolienne
Avant le passage en tyrolienne
Préparatifs
Préparatifs (photo prise par Oli)
C'est parti !
C’est parti ! (photo prise par Oli)
Christian et Romina
Christian et Romina
Anne-Laure et Guillaume
Anne-Laure et Guillaume

Vient ensuite une heure et demi de marche sur un terrain relativement facile, parsemé de rochers. Nous atteignons la moraine : soit nous continuons dessus, soit nous passons par le glacier. Avisant des cairns, nous choisissons l’option 1 : la moraine. L’avancée est très fastidieuse, les pierres se dérobent sous nos pieds et nous restons bien à la queue-leu-leu en gardant nos distances. Oli et Eric ont, eux, fait le choix du glacier et ils avancent beaucoup plus vite. Cette traversée de moraine nous prend au moins une heure !

Le glacier, bien épais
Le glacier, bien épais
Le glacier
Le glacier
Les crevasses du glacier
Les crevasses du glacier
Un des lacs
Un des lacs
Le glacier
Le glacier
Devant le glacier
Devant le glacier
Ascension de la moraine
Ascension de la moraine

Et ce n’est pas fini, après ça grimpe sec jusqu’à la passe, bien nommée car cela souffle. Nous pique-niquons avec vue sur deux glaciers avant d’atteindre le passage tant attendu.

Pique-nique rapide
Pique-nique rapide (photo prise par Oli)

Après un total de 4h30 de randonnée nous voilà devant la troisième plus grande calotte glacière au monde après l’Antarctique et le Groenland : le Champ de Glace Sud Patagonien ! Waou ! C’est absolument magnifique, nos yeux pétillent et nous avons une chance incroyable d’être là, au soleil, devant un tel espace. Quel spectacle époustouflant !

Le champ de glace
Le champ de glace
Le champ de glace
Le champ de glace
Devant le champ de glace sud de Patagonie
Devant le champ de glace sud de Patagonie

Le vent frais forcit et nous devons attaquer les 8 km de descente au campement. Il est temps de dire au revoir à Oli et Eric qui prennent un autre itinéraire. Thomas et moi prévoyons de revoir Oli à El Calafate deux jours plus tard.

La troupe au complet
La troupe au complet (merci Christian pour la photo !)

Les photos de groupe prises, nous descendons, et ce beaucoup plus rapidement, notamment car nous passons par le glacier plutôt que la moraine, beaucoup plus plat. Nous atteignons le camping en 3h. Le vent est très fort maintenant, probablement autour de 70 km/h mais au moins il n’y a plus d’humidité.

Redescente vers le camping
Redescente vers le camping
Un cairn tout en couleur
Un cairn tout en couleur
Thomas, sur le retour
Thomas, sur le retour
Thomas sur le glacier
Thomas sur le glacier
En file indienne sur le glacier
En file indienne sur le glacier
Thomas dans les airs
Thomas dans les airs (merci Christian pour la photo !)

Nous dégustons soupe et pâtes à la sauce tomate avant d’aller bouquiner au lit en écoutant le vent s’intensifier. Heureusement que la tente est entourée d’une palissade !

12 mars : retour sous la grisaille

Le vent souffle toujours et les nuages sont là. Nous démontons la tente et empaquetons les affaires pour rentrer sur El Chaltén, à 16 km de là.

C’est le même trajet qu’il y a deux jours mais les rivières ont un peu grossies : les acrobaties recommencent !

La vallée, enfin dégagée
La vallée, enfin dégagée

Thomas et moi décidons de marcher au pas de courses pour manger en ville : j’ai envie de manger un burger avant de quitter la ville. Nous faisons donc ces 16 km en 4h30. Le temps se dégrade et les pantalons de pluie sont bien utiles ! Malheureusement, lorsque nous arrivons devant le restaurant, nous constatons qu’il est rempli, il ne reste que des places en terrasse bizarrement. Tant pis, nous allons au camping prendre une douche chaude et récupérer nos affaires laissées sur place. A 15h, nous retournons au restaurant : c’est bon, il est vide, à table !

A 16h nous rendons les baudriers et faisons des courses rapides puis rejoignons la troupe dans la salle commune du camping pour un dernier thé. Nos chemins se séparent ici, après deux semaines de vie commune. Romina et Christian descendent plus lentement que nous vers Ushuaia. Par contre, nous devrions revoir Anne-Laure et Guillaume le lendemain à El Calafate.

18h : le bus nous emmène vers El Calafate. Nous y arrivons à 20h50 et réservons immédiatement les billets de bus pour Puerto Natales où nous nous rendrons le sur-lendemain, mardi 14.

Nous dînons à l’auberge I Keu Ken, propre et bien chauffée, avec du thé en libre service, chouette. Notre chambre ne comprend que 4 lits et personne ne ronfle : nous dormons à poings fermés la tête remplie d’images de glaciers et les pieds bien au chaud.

Note : une partie des photos de cette article ont été prises par Oliver, qui outre son emploi de prof d’anglais globe-trotteur est également photographe. Vous pouvez retrouver ses œuvres sur sa page Behance.

Saut de puce

Saut de puce

25 mars 2017

Un mois et demi après notre arrivée sur le continent américain, nous voilà au bout du monde, à Ushuaia. Visite de courte durée, trois jours, mais suffisante pour faire le tour de la ville, une petite randonnée, un musée et avoir la chance d’observer des baleines en mer !

Nous prenons l’avion ce samedi pour un « petit » saut de 3000 km, direction la capitale argentine, Buenos Aires.

C’est reparti pour deux jours de randonnée !

C’est reparti pour deux jours de randonnée !

6 et 7 mars

Quand il fait beau, rien ne nous arrête et à plusieurs, c’est encore mieux !

Jour 1 : le Fitz Roy dans toute sa splendeur

Notre petite troupe se réveille vers 7h30. Il fait bien frais dehors et chacun range sa tente et fait son sac pour deux jours de vadrouille.

Thomas, Oli et moi sommes un peu plus lents le matin que le reste de la troupe : nous parvenons néanmoins à partir tous les trois vers 9h.

Oli et Thomas prêts pour deux jours de rando
Oli et Thomas prêts pour deux jours de rando

Évidemment, on commence par monter ! Ça fait les jambes et ça réchauffe.  Heureusement, le chemin est bien plus facile que les 12 km de la veille, et les sacs à dos sont moins lourds.

Vue sur El Chalten
Vue sur El Chalten
La vallée
La vallée

La grimpette s’étale sur 4 km, puis c’est relativement plat sur les 4 km suivants tout en offrant de magnifiques points de vue sur le fameux Fitz Roy et sa forme légendaire. Nous avons beaucoup de chance car il fait très beau : la montagne se découpe parfaitement sur le ciel bleu limpide.

de plus près
Détail
Le majestueux Fitz Roy
Le majestueux Fitz Roy
Fitz Roy
Sous tous les angles
Devant le Fitz Roy
Devant le Fitz Roy
Vers le Fitz Roy
Vers le Fitz Roy

Nous avalons ces 8 km en 2h30 et arrivons au camping Poincenot où nous passerons la nuit. Nous repérons facilement les tentes de nos compagnons suisses et français et montons les nôtres à côté. Il nous reste encore 2 km pour atteindre le point de vue sur le Fitz Roy, près de la laguna de los Tres : Thomas et moi décidons de les parcourir avant de manger aussi on emmène juste vêtements chauds et pique-nique.

Seulement 2 km mais 400 mètres de dénivelés sur le dernier : c’est raide ! Et en plus, il y a foule, nous sommes à la queue-leu-leu sur une bonne partie de l’ascension. Ces efforts sont néanmoins récompensés par la vue en arrivant au sommet ! Le Fitz Roy, avec ses pics acérés étincelants au soleil et, à ses pieds un glacier puis un lac. L’endroit parfait pour déjeuner, un peu à l’écart de la foule mais au son de la musique du Seigneur des Anneaux jouée à l’harmonica par une des personnes présentes. Nous savourons cet instant d’autant plus précieux que nous savons que parfois certaines personnes restent 10 jours à El Chaltén sans même apercevoir le sommet du Fitz Roy !

Reflets
Reflets
Fiers d'être là
Heureux d’être là

Après cette pause bien méritée, nous poursuivons sur une centaine de mètres pour voir un deuxième lac et, bien sûr, nous tombons sur nos compagnons de route, qui eux descendent vers le camping. Le temps d’une photo et chacun continue sa route. Thomas et moi restons encore une bonne trentaine de minutes sur les lieux tellement c’est beau puis nous descendons également.

Une partie de l'équipe
Une partie de l’équipe
Devant le Fitz Roy
Devant le Fitz Roy
Au mirador du Fitz Roy
Au mirador du Fitz Roy

Comme il est encore tôt, nous ne faisons que traverser le camping pour rejoindre un point de vue sur un autre glacier, Piedras Blancas, à 2 km de là. Nous parvenons au mirador en quelques instants et avons une vue imprenable sur le glacier. On aperçoit même nos 4 compères sur la moraine !

Le glacier Piedras Blancas
Le glacier Piedras Blancas

Cela nous tente bien de les rejoindre : nous pouvons soit retourner sur nos pas et prendre le même chemin qu’eux (6 km au total pour finir la journée), soit faire une boucle (8 km au total). Évidemment, nous préférons faire la boucle. Pour cela, nous devons parcourir encore 3 km sur notre rive, puis traverser la rivière. Manque de chance, malgré les indications du GPS, au bout de 3 km il n’y a pas de pont, pas d’endroit pour traverser ! La rivière Blanco est tumultueuse, et probablement glaciale, impossible de la franchir même après avoir arpenté la rive sur des dizaines de mètres. Raté ! Nous devons donc revenir sur nos pas, soit 5 km jusqu’au camping.

Balade en fôret
Balade en fôret

Avec un total de 22 km dans les jambes, on y arrive un peu éreinté mais heureusement, nos compagnons nous proposent café, thé et cookies, miam !

La journée s’achève avec soupe et pâtes à la sauce tomate pour tout le monde, de quoi reprendre des forces pour le lendemain et affronter la nuit bien froide.

Jour 2 : objectif cerro Torre

Tout le monde émerge doucement et plie sa tente pendant que l’eau chauffe pour le thé, nécessaire pour se remettre en route. Nous quittons le terrain vers 10h pour nous diriger vers le Cerro Torre, une autre montagne phare de la région (même si elle ne brille pas la nuit, hi hi) à 10 km de là.

Un paysage voilé
Un paysage voilé
Nuances de vert
Nuances de vert

La balade est très belle, plutôt facile et aboutit sur le lac Torre, parsemé d’éclats d’iceberg , sur fond de glacier. Le soleil nous réchauffe doucement mais malheureusement les nuages s’accrochent au sommet du Cerro Torre, que nous n’aurons pas l’occasion d’observer…

Devant le cerro Torre
Devant le cerro Torre
Le lac Torre
Le lac Torre
Iceberg droit devant !
Iceberg droit devant !
Le caracara huppé face au glacier du Cerro Torre
Le caracara huppé face au glacier du Cerro Torre
Envol de caracara huppé
Envol de caracara huppé

Nous mangeons lentement, en espérant une éclaircie mais peine perdue les pics restent cachés. Nous sortons même les réchauds pour faire fondre le fromage que nous mettons dans sandwichs, un régal par ces températures. Après près de 2h sur place à attendre que les nuages se dissipent, en vain, il nous faut redescendre vers El Chaltén.

Une longue pause en attendant que les nuages partent
Une longue pause en attendant que les nuages partent
File indienne
File indienne
Retour vers El Chalten
Retour vers El Chalten
Condor
Condor

Les 20 km de la journée étaient bien agréables et nous arrivons en ville à 17h30, pile à l’heure du goûter. Par chance, il y a pas mal de boulangerie et nous avons déjà eu l’occasion de tester des feuilletés au Dulce de Leche. Une petite halte s’impose pour reprendre des forces avant de regagner le camping à une centaine de mètres de là.

Ce soir, c’est barbecue avec la bande ! Chacun part faire des courses pour acheter ses ingrédients. Cela s’avère un vrai challenge et heureusement que la ville est toute petite. Premier supermarché : pas de viande, deuxième : non plus. On va à l’épicerie acheter du fromage et des légumes (cette épicerie est notre adresse fétiche à El Chaltén : il y a de délicieux fromages et de la bonne charcuterie). Nous atteignons le troisième supermarché : il y a de la viande ! Ah mais il nous manque de la crème, vue nulle part. C’est reparti dans l’autre sens pour finalement acheter du beurre.

Et oui, à El Chaltén, il existe 3 petits supermarchés, une épicerie, des mini markets et chacun vend quelques articles. Si vous voulez du maïs, c’est là, la viande c’est à un autre endroit. Les cookies au chocolat sont dans telle boutique alors que ceux à l’avoine sont dans un autre ! Bref, comme ils ne sont livrés qu’une fois par semaine ça devient vite très compliqué et énervant de faire ses achats… une vraie chasse au trésor.

Nous parvenons néanmoins à acheter de quoi dîner : salade, poivron, pommes de terre cuites à la braise, viande. Un festin qui disparaît bien vite de nos assiettes.

Comble du luxe, nous dormons en dortoir cette nuit pour être un peu plus au chaud, même s’il n’est pas chauffé et, surtout, à l’abri de la pluie.

Un des jolis oiseaux
Un rayadito
Un oiseau coloré
Un oiseau coloré
Et un tout petit
Et un tout petit