Premier arrêt bolivien : Tupiza

Premier arrêt bolivien : Tupiza

8 et 9 avril

Tupiza, tout le groupe descend !

Notre trajet en train de 3h30 s’achève à Tupiza, où nous arrivons de nuit car il y a une heure d’écart entre la Bolivie et l’Argentine. En chemin, nous avons pu apercevoir quelques paysages mais nous avons surtout dormi.

Vue depuis le bus
Vue depuis le bus
Vers la Bolivie
Vers la Bolivie
Détail de la montagne
Détail de la montagne
Notre train
Notre train

Lorsque nous descendons du train avec Clara, Cora, Beatrix et Fernando, nous sommes alpagués par un représentant d’une des nombreuses agences qui organisent les tours dans le Sud Lipez et le Salar de Uyuni. Il s’avère que c’est également le gérant de l’hôtel où dorment nos compagnons : comme notre auberge est à deux pas de la sienne et que nous sommes de potentiels futurs clients, il nous embarque tous les 6 dans son 4*4.

Une fois arrivés à son auberge, il nous présente le tour de son agence, Los Solares. Cela a l’air pas mal et nous nous entendons bien avec les quatre autres, qui ont déjà réservé une voiture pour lundi matin. Problème : il y a entre 4 et 5 touristes par voiture, aussi nous ne serions pas avec eux. Le gérant attend le retour de 2 voire 4 personnes aussi nous ne sommes pas sûrs d’avoir une place… nous prenons la nuit pour réfléchir et regagnons notre auberge, Butch Cassidy.

Nous y sommes accueillis par Franklin, l’adolescent de la famille, au petit soin pour ses hôtes ! Nous sommes très bien logés dans une chambre spacieuse et propre avec salle de bain privative. De plus, le Wi-Fi fonctionne très bien sur nos téléphones.

Nous mangeons en ville, dans une pizzeria car il n’y a que cela. Le restaurant s’appelle Tu Pizza (quel jeu de mot !) et nous y mangeons de bonnes… pâtes ! Nous sommes plus chanceux que nos compagnons que nous croisons dans une autre pizzeria où ils attendent depuis plus d’une heure. Nous apprendrons le lendemain qu’en plus, ce n’était même pas bon.

Choix d’une agence et balade dans une décharge

Nous commençons notre journée à 8h par un délicieux petit-déjeuner composé de chocapic, lait frais, vrai jus d’oranges pressées, pancakes maison ! Un luxe que nous dévorons à pleine dent avant d’aller en ville pour faire le tour des agences.

En chemin vers le centre, nous comparons les différentes hypothèses qui s’offrent à nous pour le tour :

  • Partir avec nos amis avec l’agence Los Solares mais nous ne serions pas dans leur voiture. Nous serions soit avec les deux autres personnes inscrites soit dans une troisième voiture si les amis des deux inconnus arrivent.
  • Partir avec une autre agence, proposée par notre hôtel, où il y a déjà deux personnes inscrites.
  • Partir avec Tupiza Tour ou Torres Tour, les deux agences mastodontes de la ville.
  • Trouver une autre agence.

Nous éliminons la première hypothèse car beaucoup trop de variables dans l’équation. Nous éliminons également la troisième car nous ne voulons pas partir avec un trop gros groupe. Il nous reste donc deux solutions en tête lorsque nous parcourons le petit centre-ville, sans grand intérêt.

Notre premier objectif est de retirer suffisamment de liquide afin de régler l’agence que nous aurons choisie. L’excursion est à 1250 bolivianos (170 €) par personne pour quatre jour (guide et cuisinière compris). Franklin nous ayant dit que les deux distributeurs de la ville n’accepte que les cartes Visa, nous stressons un peu avec nos Mastercard. Et de raison, impossible de retirer de l’argent. Dépités, nous passons devant l’agence Alejandro Adventure Tour où la gérante se jette littéralement sur nous alors que nous sommes encore sur le trottoir. On sent qu’elle dévide à toute allure un discours cent fois répété mais néanmoins, ce qu’elle propose nous plaît car cela sort des sentiers battus. Nous lui disons que nous ne pouvons pas tirer d’argent, elle nous répond que l’on pourra payer à la fin en arrivant à Uyuni. Dans l’agence, nous rencontrons Aurore et Florian, deux français qui ont sélectionné cette agence après avoir fait le tour des autres guérites. Nous apprenons qu’il y a également un américain et une belge déjà inscrits. Convaincus, nous nous inscrivons à notre tour mais devons attendre confirmation car l’agence doit trouver deux autres personnes pour compléter la deuxième voiture. Florian et Aurore ayant réussi à tirer de l’argent avec leur Mastercard, nous re-tentons notre chance, en choisissant des options différentes sur le distributeur (crédit au lieu de compte courant). Et bingo ! Nous avons de quoi nous acquitter de nos dettes.

Une des rues de Tupiza
Une des rues de Tupiza
Et une autre
Et une autre
Palmier et ombre
Palmier et ombre

Comme il nous faut patienter jusqu’à 17h pour découvrir si nous partirons ou non le lendemain matin pour 4 jours d’excursion dans le Sud Lipez et le Salar de Uyuni, nous retournons à l’auberge pour déjeuner puis partons nous promener vers la Porte du Diable et le canyon del Inca, à 6 km de notre auberge. Il fait beau et chaud, nous traversons le village qui sommeille et parvenons au début de la randonnée, dans une décharge à ciel ouvert. Nous avançons néanmoins au milieu des détritus en espérant que cela s’améliore : oui, au bout d’un bon kilomètre, c’est enfin propre et nous pouvons profiter pleinement du paysage ocre et vert qui s’offre à nous. Le soleil vif fait admirablement ressortir les couleurs et les formes de cactus tranchent sur celles des montagnes environnantes.

La décharge
La décharge

tupiza-1

Un des beaux cactus
Un des beaux cactus
Une belles roches
Belles roches
Roches fuselées
Roches fuselées
En chemin
En chemin

Nous arrivons devant la majestueuse Porte du Diable, très bien découpée, et continuons notre escapade vers le canyon del Inca, où seul un filet d’eau anime un peu les lieux. Nous profitons de l’ombre et de la fraîcheur pour reprendre notre souffle, on est quand même à 3268 mètres au dessus du niveau de la mer.

Las Puertas del Diablo
Las Puertas del Diablo
Devant les Puertas del Diablo
Devant les Puertas del Diablo
Thomas dans le canyon
Thomas dans le canyon

Il est temps de faire demi tour pour savoir si oui ou non nous partons demain !

Sur le retour
Sur le retour
Thomas sur le retour
Thomas sur le retour
Fleur jaune
Fleur jaune

La réponse est positive : nous serons avec deux autres français, très certainement bretons vus les noms. Rassurés, nous retournons à l’auberge pour nous reposer un peu avant de repartir en ville pour un dernier tour et régler l’agence pour le lendemain. En ce dimanche soir, presque toutes les boutiques sont fermées : nous parvenons tant bien que mal à faire des courses pour le dîner.
Et hop, au lit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *