Overland Track : les préparatifs

Overland Track : les préparatifs

26 novembre 2016

Pour vous faire patienter en attendant la parution de notre (très) long article résumé de l’Overland Track, voici quelques infos pratiques à son sujet. On ne sait jamais, peut-être que ça donnera des idées à certains !

Nos préparatifs

L’Overland Track, ça ne s’improvise pas : jugée par certains comme une des dix plus belles randonnées du ronde, c’est surtout une randonnée de près de 80 km sans les « à côté » (nous en ferons environ 120 au total avec tous ces side trips), sur laquelle la météo peut changer d’un instant à l’autre, montagnes et Tasmanie obligent (j’entends les mauvaises langues dirent « comme en Bretagne »). Certains randonneurs vivent parfois les 4 saisons en une étape avec de la neige en été au dessus de 1000 mètres. D’ailleurs, à l’heure où j’écris ces lignes, ils annoncent des flocons au dessus de 800 m…

La rando traverse le parc national Cradle Mountain – Lake Saint Clair et, celle-ci étant très prisée, un quota a été fixé il y a plusieurs années pour les départs entre le 1er octobre et le 31 mai : seuls 60 randonneurs peuvent prendre le départ chaque jour sur cette période (dont 34 « indépendants », les autres places étant réservées aux groupes avec guides) et la marche se fait exclusivement du nord au sud. Les réservations ouvrent au 1er juillet et, selon la période, les quotas se remplissent très vite (décembre, janvier et février étant très prisés). Le reste de l’année, les départs et le sens de parcours sont libres (mais les conditions climatiques encore plus extrêmes, expérience requise !) et la randonnée est gratuite. Car oui, pour avoir un permis de randonner en saison, il faut débourser 200 $ australiens soit 140 € par personne.

Le coût d’entrée se justifie par l’accès, à chaque étape, à des huttes au nombre de place limité, des toilettes sèches dont le contenu est évacué par hélicoptère et l’entretien général du track où de nombreux passages marécageux sont couverts d’allées faites de planches (les boardwalks).

A ce budget initial, il faut ajouter les droits d’entrée dans les parcs nationaux de Tasmanie (60 $ pour deux soit 42 €), le transport depuis / jusqu’au parc (120 $ / personne pour nous via McDermott soit 84 €) et bien sûr la nourriture et le matériel à porter pour une semaine !

En ce qui concerne le matériel justement, le site des parcs nationaux fournit une liste des objets recommandés dont un certain nombre obligatoires :

  • Une tente, car le nombre de places en hutte est limité. Chaque hutte est composée de un ou plusieurs dortoirs, et peut loger de 16 (Windermere) à 36 personnes (New Pelion). Pour notre part, nous préférions le calme de notre tente et avons dormi une seule fois en hutte, pour éviter de planter notre tente dans une flaque d’eau ! De manière générale, sur les étapes « officielles », il y a de nombreux emplacements pour les tentes, soit sur l’herbe soit sur des plateformes en bois avec points d’attache. Lors de la rando, il y avait toujours des places restantes en hutte, mais cela été probablement dû aux conditions météo favorables !
  • Un sac de couchage, utile en hutte et tente.
  • Un coupe-vent imperméable.
  • Un t-shirt manche longue en laine, ça tient chaud et sèche plus vite que le coton.
  • Un bonnet et des gants.
  • Des collants en laine, nous les avons utilisés pour nos nuits en tente, souvent fraîches.
  • Des chaussures de randonnées étanches. Les nôtres sont montantes, pas mal pour crapahuter dans la neige. Beaucoup de gens portaient des guêtres en plus, pour éviter que la boue n’entre dans les chaussures. Sans, nous n’avons pas eu ce soucis, mais nos bas de pantalons étaient sales très rapidement.
  • Un sac étanche avec des vêtements secs pour le soir. Pour notre part, nous avions prévu des vêtements de randonnée de rechange (un pantalon et quelques T-shirt supplémentaires) ainsi qu’un pyjama. Nous n’avons pas utilisé le deuxième pantalon et seulement la moitié des T-shirts. Concernant le pantalon, n’ayant quasiment pas eu de pluie, on a pu le porter chaque jour. Si nous devions le refaire, je ne sais pas si on prendrait deux pantalons de rando : nous privilégierons sans doute plutôt un pantalon qui sèche vite. Il est en effet possible de rincer ses vêtements dans les cours d’eau présents près des huttes.

À cette liste minimum obligatoire (lors du départ nous avons dû signer une déclaration sur l’honneur indiquant que nos sacs contenaient ces éléments) s’ajoute une longue liste, que vous pouvez retrouver ici (PDF, 1Mo).

La moitié de nos sacs était composée  de nourriture, et nous avions tout emballé dans des sacs poubelles étanches pour protéger les différents objets des intempéries. Nous n’avons pas peser le tout, mais je pense que cela faisait autour de 18 kg chacun. C’est lourd. Dans les objets superflus : la liseuse, que nous n’avons quasiment pas utilisée, préférant discuter avec les gens ou contempler le paysage (ou encore s’écrouler de fatigue dans la tente).

Niveau nourriture, nous avions :

  • quelques plats déshydratés, des soupes et des nouilles chinoises pour le soir ;
  • de la semoule de couscous, que nous préparions la veille pour le midi, accompagnée de boîtes de thon / pâté de poulet ou d’oeufs durs ;
  • des fruits secs et des barres pour les petites faims ;
  • de la tisane pour se réchauffer ;
  • du chocolat pour se remonter le moral.
Une semaine de nourriture pour l'Overland Track
Une semaine de nourriture pour l’Overland Track

Pour cuire le tout, nous avions deux bouteilles de gaz, une moyenne et une petite « de secours ». Nous n’avons pas terminé la première, ne faisant pas de boisson chaude systématiquement le matin (et sur la fin, tout le monde utilisait un peu le gaz de tout le monde).

Bref, vous l’aurez compris, préparer l’Overland Track demande au moins autant de temps (en cumulé) que de le parcourir. Il y a de nombreuses combinaisons de trajets possibles pour s’y rendre et en partir, depuis Launceston ou Hobart, puis un nombre de jours variable sur le chemin (seule la date d’entrée est fixe lors de la réservation, vous pouvez rester autant de nuits que vous le souhaitez, sans garantie de place en hutte bien sûr).

Nous l’avons fait en sept jours, beaucoup le font en six en remplaçant la dernière étape par un retour en ferry sur le lac Saint Clair mais d’autres en profitent pour faire tous les à côtés et y passer une dizaine de jour, à manger des nouilles…

Quelques ressources

Budget

En ce qui concerne le budget, nous en avons dépensé un total de 1021,59 $ (soit 705,67 €) ce qui fait environ 352 € / personne pour 7 jours soit 50 € / jour. On retombe sur le budget moyen par voyageur estimé généralement pour l’Australie sur le planificateur de voyage.

Sur le total 705 €, nous avons dépensé 155 € pour la nourriture (en comptant les recharges de gaz), la majorité du budget se situe dans les frais de réservation de l’Overland Track + les frais d’entrées pour les parcs de Tasmanie (344 €) ainsi que le transport (170 €). Le reste (36 €) correspond aux quelques achats de matériel (ou location) de dernière minute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *