De Villa O’Higgins à El Chaltén : une traversée épique

De Villa O’Higgins à El Chaltén : une traversée épique

Du 3 au 5 mars

Nous quittons Tortel à 16h30 en direction de Villa O’Higgins, dernier village de la Carretera Austral, route mythique chilienne. Cette étape représente 3h sur route, non bitumée bien sûr, entrecoupées d’une quarantaine de minutes de ferry.

Au-delà de Villa O’Higgins, le seul moyen de continuer à descendre vers le sud est de rejoindre l’Argentine à pied, un trajet qui se fait normalement en deux jours. La première étape est de prendre un ferry pour traverser le Lago O’Higgins jusqu’au poste frontière chilien à Candelario Mancilla,puis de marcher 22 km jusqu’au poste frontière argentin où nous comptons camper, au bord du Lago del Desierto. De là, le plus simple est de prendre un deuxième ferry sur le lac puis un bus vers El Chaltén, en Argentine. Plus compliqué, mais aussi plus « sympa » et surtout gratuit face au prix élevé du ferry, marcher 12 km le long du lac pour attraper un bus (ou faire du stop avec un peu de chance).

Ayant un peu de temps pour rejoindre Torres del Paine au Chili, nous nous sommes dit que ça pourrait être sympa de tenter l’aventure.

20h30, nous voici donc à Villa O’Higgins, petit village bien calme. Le bus se vide et nous nous mettons en quête d’un supermarché ouvert car notre ferry, réservé lors de notre passage à Cochrane, est prévu pour le lendemain à 8h et nous cherchons à compléter nos réserves pour les pique-niques.

Avant de chercher un logement, nous nous mettons en quête de l’agence d’excursions avec laquelle nous avons réservé le ferry afin de confirmer le lieu de rendez-vous. Nous sommes accompagnés par Oli (Oliver), un anglais rencontré dans le bus qui a le même programme que nous. Mais impossible de trouver l’agence, l’adresse que j’ai ne correspond à rien de réel et les instructions données par le seul habitant rencontré ne nous avancent pas plus… De guerre lasse, nous nous dirigeons vers le camping où nous pensions loger et l’employé nous indique la bonne adresse. Oli et moi y allons pendant qu’Irène monte la tente.

Arrivés à l’agence, c’est en fait Marcus, le patron et propriétaire du bateau, qui nous accueille tout dépité : les conditions météo du lendemain ne permettent pas de prendre la « mer » et nous devons décaler notre départ au samedi. Qu’à cela ne tienne ! Voilà une belle opportunité pour nous de découvrir ce village et ses alentours et c’est plutôt content de ce contretemps que je rentre annoncer la nouvelle à Irène.

De retour au camping, nous mangeons tranquillement puis entamons la conversation avec d’autres français présents et un couple suisse, partageant nos expériences et récoltant les informations sur nos futures étapes. Nous nous couchons ce soir-là vers 1h du matin, sans se douter que certaines des personnes rencontrées seront nos compagnons de voyage pour les dix prochains jours !

Jour 1 : découverte de Villa O’Higgins

N’ayant pas à nous lever, nous profitons du calme relatif du camping, situé à 100 mètres de la piste de l’aéroport (comme tout le village) pour faire une grasse matinée. Le temps est plutôt clair, nous nous baladons au « centre », faisons quelques courses et découvrons ce village créé en 1966 pour marquer le territoire chilien.

Le bâtiment principal du camping
Le bâtiment principal du camping
La place d'armes, place principale
La place d’armes, place principale
L'église et le musée
L’église et le musée
Maisons colorées
Maisons colorées

Après un repas tardif, à l’heure chilienne, nous décidons de monter jusqu’au mirador, une des randonnées accessibles depuis le centre et offrant un point de vue assez impressionnant sur les environs. Après une heure de grimpette, nous atteignons le drapeau chilien qui marque le sommet du sentier et profitons d’une éclaircie pour faire quelques photos avant de redescendre.

Vue sur les lacs
Vue sur les lacs
Villa O'Higgins vue de haut, avec une piste d'atterrissage plus longue que la ville
Villa O’Higgins vue de haut, avec une piste d’atterrissage plus longue que la ville
Vue sur le lac
Vue sur le lac

De retour à l’auberge, nous passons la soirée en compagnie du groupe de la veille : Guillaume et Anne-Laure (français), Oli, Christian et Romina (suisses), Anderson (français) et Andy (australien). Nous partons tous le lendemain matin vers l’Argentine mais dans des bateaux différents. En effet, trois ferries se partagent le trajet, en alternance en fonction des jours. Sauf que notre départ ayant été décalé, ce samedi les trois ferries sont au départ. Par chance, celui que nous avons réservé est plus rapide (1h30 de traversée contre 2h30 / 3h). Et comme il n’y a que 12 places à bord, nous devrions pouvoir profiter du chemin en toute tranquillité.

Après une soirée à « refaire le monde » (spéciale dédicace à ceux qui se reconnaîtront), nous voilà au lit plus tôt, histoire d’être frais et dispo pour l’étape du lendemain qui promet d’être longue.

Jour 2 : traversée de frontière, 3ème !

Réveil aux aurores, 6h30 pour un départ programmé à 7h40 depuis l’agence. L’embarcadère se situe à 7 km du village et Marcus, qui veut nous faire économiser 2500 pesos chilien (3,75 €), tient à nous y emmener. Problème, il n’y a pas de place pour tout le monde dans les trois véhicules. Nous nous retrouvons donc entassés à quatre mecs sur la banquette arrière d’un pickup pendant qu’Irène partage le siège passager avant d’un autre véhicule. Nous arrivons sans encombres à destination, en ayant pris soin de saluer le policier de service à la sortie du village en passant et embarquons vers 8h30 pour un départ à l’heure… chilienne.

Fin de la carretera austral
Fin de la carretera austral
Depuis le ferry
Depuis le ferry
Un condor vu du ferry
Un condor vu du ferry
le fjord
le fjord

La traversée est calme, Marcus nous offre bonbons et petits gâteaux et fera même un détour pour nous permettre d’observer un condor. Nous débarquons vers 10h30 à Candelario Mancilla, hameau quasi désert où l’on trouve un camping et un poste frontière. Le camping sert surtout pour les randonneurs qui font la traversée dans l’autre sens et constitue le seul logement disponible si jamais les ferries ne peuvent pas venir les chercher (il n’y a pas de sentier pour contourner le lac O’Higgins). Nous avons d’ailleurs croisé au camping de Villa O’Higgins des voyageurs restés bloqués 3 jours à attendre une amélioration. A noter que certains ferries, après avoir déposé les passagers pressés, continuent jusqu’au glacier O’Higgins, situé au bout du lac pour une sortie à la journée et reviennent déposer les randonneurs moins pressés qui dorment alors à Candelario Mancilla et partent le lendemain.

Mais ce n’est pas notre cas, notre ferry s’arrête ici et nous descendons tous. Nous sommes seulement 9 randonneurs à marcher sur le kilomètre qui nous sépare du poste frontière chilien où nous faisons tamponner chacun à notre tour nos passeports : nous voilà officiellement sortis du Chili (mais encore sur son territoire). 4 des randonneurs partent pour une balade de quatre jours vers le glacier, nous nous retrouvons à cinq : Guillaume, Anne-Laure, Oli, Irène et moi.

L'arrivée près de la frontière argentine
L’arrivée près de la frontière argentine

Nous partons donc, vers 11h30, les lenteurs de l’administration sont les mêmes partout, pour 14 km sur le territoire chilien. Cette première partie est relativement facile : nous marchons sur une route en terre, prévue pour laisser passer un 4×4 et malgré les 6 premiers kilomètres de montée et le poids du sac à dos plus important qu’à l’accoutumée (nous devons porter toutes nos affaires, pas d’auberge où en laisser une partie), nous arrivons assez vite en haut où nous nous posons pour un pique-nique face au Fitz Roy, la montagne mythique argentine, qui nous fait l’honneur de se découvrir devant nous.

Début des 20 km, on marche avec entrain
Début des 20 km, on marche avec entrain
Vue sur le Fitz Roy
Vue sur le Fitz Roy
Le lac
Le lac

Nous reprenons la route, longeons une piste d’atterrissage d’urgence, nous faisons dépasser par un couple de cyclistes qui effectue la traversée à vélo, et atteignons la frontière aux alentours de 15 h.

Il nous reste 6 km à parcourir jusqu’à notre campement. Sauf que là, ça se corse : les argentins n’ont fait aucun effort d’aménagement et la route carrossable se transforme en chemin difficilement praticable. Nous alternons entre zones marécageuses, zones boueuses, buissons à traverser, petits sentiers à flanc de colline et, bien sûr, traversée de ruisseaux à gué. Nous doublons les deux cyclistes rencontrés plus tôt, qui ont bien du mal à se frayer un chemin avec leurs VTTs. Trouvant qu’après 19 km de marche, mes pieds étaient encore bien secs, cela n’a pas loupé : j’ai testé pour vous la fraîcheur des ruisseaux patagoniens. Et mon pied gauche trouve qu’ils sont frais…

Saut de frontière
Saut de frontière

Heureusement, un kilomètre plus loin, nous voilà enfin arrivés au poste frontière argentin où nous obtenons sans problème le tampon d’entrée dans le pays, distribué par un officier en jogging (remplacé après quelques minutes par son homologue en uniforme). Contents d’être arrivés, nous posons enfin nos sacs et plantons nos tentes sous les arbres proches avant de mettre de l’eau à chauffer pour les premières tisanes de la soirée. Le reste des troupes, débarquées par les ferries suivants, arrivent au compte goutte en fonction des rythmes de chacun. Et nos amis cyclistes arrivent bons derniers après quelques heures de galère dans la boue et les racines des arbres argentins. Pour eux, c’est la libération : ils prennent le premier ferry de la journée le lendemain.

Au camping, cure de thé pour se réchauffer
Au camping, cure de thé pour se réchauffer
Les chevaux des gendarmes
Les chevaux des gendarmes

D’ailleurs, pas de ferry prévu pour ce soir : ceux qui avaient prévu de rejoindre directement El Chaltén se voient donc obligés de camper. Nous croisons entre autre un allemand qui n’a pas de tente et se retrouve donc dans l’embarras. Heureusement, il trouvera un logement auprès de campeurs ayant une place en trop dans leur tente.

Jour 3 : l’enfer argentin

Après un réveil plutôt tardif, sur les coups de 9h, Irène et moi quittons le campement dans les derniers, vers 10h. Quel plaisir de mettre son pied sec dans une chaussure encore mouillée et fraîche. Aujourd’hui, chacun marche à son rythme, nous doublons quelques personnes mais le chemin est aussi difficile que la veille et le poids du sac à dos n’aide pas.

Début de la journée, encore motivé
Début de la journée, encore motivé

Le sentier, principalement dans les bois, est ponctué de points de vue sur les montagnes alentours et nous pouvons voir le glacier qui descend sous les nuages. En milieu de journée, quelques rayons de soleil viennent éclairer notre route et nous accompagneront jusqu’à l’arrivée, après 4h45 de marche éreintantes.

Que d'obstacles !
Que d’obstacles !
Quel bout de bois semble le plus stable ?
Quel bout de bois semble le plus stable ?
Un vrai pont pour finir la traversée
Un vrai pont pour finir la traversée

Nous arrivons quelques minutes après Guillaume, Anne-Laure, Oli et vu le faible nombre de voitures présentes sur le parking, nous nous faisons peu d’illusions quant à nos chances d’être pris en stop. Le chauffeur d’une des navettes ayant aperçu notre groupe, il vient nous proposer son service, nous donnant la possibilité de partir immédiatement (il est 14h45) pour 250 pesos argentins (15€) par personne plutôt que d’attendre la navette de 17h à 200 pesos (celle de 16h est à 400 pesos). Comme nous sommes déjà 5 et que nous savons que d’autres arrivent, Anne-Laure négocie un prix à 200 pesos si nous remplissons le bus. Deux américains et l’arrivée de Christian et Romina plus tard, nous voilà au complet et en route pour El Chaltén, capitale argentine du trek, à 37 km.

Nous y arrivons vers 17h, le chauffeur nous dépose devant un camping où nous plantons notre tente puis nous faisons un tour en ville pour préparer la journée du lendemain : les prévisions météo sont optimistes pour les deux prochains jours donc nous avons décidé de repartir dès le lendemain matin pour deux jours de randonnée dans le coin. Heureusement, pour préparer nos repas nous tombons sur une petite boutique de fromage et charcuterie, où nous faisons le plein car les supermarchés de la ville sont très mal achalandés.
Chose faite, nous nous retrouvons tous dans un restaurant de burger pour fêter notre traversée et épiloguer sur cette première partie de nos aventures communes !

4 thoughts on “De Villa O’Higgins à El Chaltén : une traversée épique

  1. Merci pour toute l’information!

    Je suis un Chilien qui habite en France depuis quelques années, et je planifie faire la Patagonie avec ma femme.
    Encore merci beaucoup!

  2. Bonjour et merci pour votre article bien documenté ! Nous sommes un couple de français partis pour un voyage en Patagonie. On est bien motivés pour faire le passage Villa O’Higgins – El Chaltén. Et encore plus à fond après la lecture de l’article 😉
    Par contre, on aurait voulu connaître le budget du bateau car le nôtre est assez serré (surtout depuis qu’on a oublié une sacoche avec 150 000 pesos à l’intérieur…). Les sites qu’on a trouvé sur internet nous indiquent une traversée entre 36 000 et 43 000 pesos par personne. On sera à O’Higgins autour du 8 février. C’est les prix que vous aviez trouvé aussi ? Passer avec Marcus, ça nous dit bien aussi 🙂 Surtout si il n’y a pas trop de monde dans le bateau. Vous vous rappelez comment s’appelait l’agence ? Vous avez eu besoin de réserver longtemps à l’avance ? Désolé, ça fait beaucoup de questions… On vous remercie bien d’avance pour vos réponses.
    Manon & Joris

  3. Merci pour vos articles!
    Actuellement sur la carretera austral, nous prévoyons de faire la traversée dans quelques jours mais ne trouvons aucune info sérieuse pour réserver le bateau… avec quelle agence avez vous fait la traverser depuis Villa o’higgins?
    Merci!

  4. Bonjour à nos lecteurs,

    Suite aux questions concernant la réservation de la traversée, voici quelques détails supplémentaires (issus de nos souvenirs) :

    • Nous avions acheté nos billets pour la traversée à Cochrane, à « l’office du tourisme » (la petite guérite sur la place du village, que vous pouvez voir ici : https://goo.gl/maps/htAvx1WrKf42) : ils ont les infos sur les bus vers Villa O’Higgins (via Tortel ou non) et on peut acheter les billets de Marcus à l’avance.
    • Concernant le prix, nous avions payé 70 000 pesos (35 000 / personne) le 4 mars 2017.
    • Enfin, l’adresse de Marcus est proche du camping El Mosco où nous avions logé, il s’agit de l’agence Ruedas de la Patagonia (https://goo.gl/maps/2s3qpibPcQo)

    En espérant que ces informations aideront les prochains voyageurs à profiter de cette traversée inoubliable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *